Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog philosophique de francois CHARLES

Privée de téléphone

9 Novembre 2013 , Rédigé par francoischarles Publié dans #poésie

Privée de téléphone

 

Vous n’allez pas le croire

Un été très récent

J’ai été obligée

De devoir vivre un temps

Sans communications

 

Ceux qui me connaissent bien

Savent tres bien aussi

A quel point je dépends

De mon fidèle amant

Qu’est bien mon téléphone

Ce fameux téléphone

Sur lequel je pianote

Même lors des réunions

Pour me moquer des autres

Je m’amuse et vous  Non ?

 

Il n’y a qu’un amant

Car celui dont je parle

Bien souvent en poème

Est pour moi un mari

 

Revenons-en aux faits

J’ai été bien privée

Selon l’article 7

De la charte des droits

De ma vie très privée

Il n’était pas volé

Il était enfermé

Je n’avais plus le droit

De contacter quiconque

Et bien sur surtout pas

Mon cher futur époux

Maintenant dans l’oubli

 

Violentée j’ai été

Car j’y pensais bien trop

Signalement fut donné

A la maréchaussée

Et n’en regrette mots !

Je l’avais bien été

Une fois bien déjà

Quand j’avais oublié

D’effacer certains mots

Que j’avais adressés

Et qui étaient tombés

Dans les mains du geôlier

 

Un mois sans téléphone

Pendant toutes les vacances

Mais c’était sans compter

Mon instinct de survie

Notre instinct et nos liens

Qui firent que nous pûmes

Converser par cabines

Dans les lieux traversés

Au secours j’appelais

Pour venir me chercher

J’ai tellement appelé

Qu’il est même venu 

Au détour d’un voyage

Et nous nous sommes aimés

 

Revenue à mon bar

Et son eau sulfureuse

Je retrouvai mon bien

Mais mon geôlier s’en pris

Ensuite à mon cordon

De téléphone bien sur

 

Folle de rage j’étais

Et je n’en pouvais plus

Je m’enfuis aussitôt

Vite appeler celui

Qui pouvait me sauver

L’ayant enfin rejoint

Et allâmes nous percher

Et allâmes recharger

Le fameux téléphone

 

Mais qu’importe la charge

Puisque nous étions là

Tous deux à nous parler

Puisqu’il était bien là

A écouter ma voix

Et moi sentir ses mains

Je rentrai, j’étais bien

Je n’imaginais pas

Que bientôt je serais

Contrainte et obligée

De couper le cordon

Suite à de nouveaux maux

Avec l’être chéri

Qui attendait aussi

 

D’être un peu protégé.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article