Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog philosophique de francois CHARLES

Pour une règle d’or énergétique et nucléaire

17 Décembre 2011 , Rédigé par francoischarles Publié dans #environnement

Autant je suis inquiet d’entendre Eva Joly dire de façon intransigeante et quasi déséquilibrée « il faut abandonner le nucléaire et j’ai raison », autant je n’ai jamais entendu le PS dire qu’il voulait le faire, et autant il est surprenant d’entendre l’UMP à la fois le blâmer le PS comme pour l’y inciter. Le nucléaire sauveteur, productif et producteur de particules mais non polluant et ne procurant que peu d’emplois serait-il un jeu au-delà d’un enjeu ? Quels sont ses avantages, inconvénients, opportunités, menaces ? Qui veut prendre le rôle de persécuteur et de victime ?

 

Par François CHARLES

Economiste, coach et conseil en stratégie et management, président de l’IRCE

 

Comme en matière de défense, notre indépendance énergétique repose sur des décisions politiques qui se confortent d’éléments économiques, techniques et humains mais cette fois également médicaux. Il est souvent difficile de choisir entre une décision politique prise avec le coeur ou de façon logique et la tête froide mais là est l’enjeu. Bien sur le politique dira qu’il n’est pas très responsable de réduire le nucléaire et les emplois car « ce monde est dangereux », comme c’est le cas dans l’armement. Mais une partie de la population criera qu’il est irresponsable de conserver des énergies à risque quand on peut faire autrement et conserver une armée alors qu’il n’y a plus de guerre. Par contre, ce sont souvent les mêmes personnes qui vous reprocheront ensuite de ne pas les protéger ou de ne pas rétablir la lumière en une heure…

 

Pour autant il est presque irresponsable d’être dépendant à 75% comme nous l’étions avant du pétrole et il est irréaliste mais hélas réalisable, en cas de catastrophe en France ou dans un pays voisin, d’arrêter toutes nos centrales, a priori les plus sûres du monde, et de passer de 75% à zéro par décision politique.

 

Au-delà des jeux d’analyse transactionnelle « regarde ce que tu m’as fait faire » et «  c’est toi qui m’a entraîné là-dedans » qui risque d’arriver entre le PS et les Verts, et qui constitue une base classique à la secrète règle du jeu de nombreux ménages, essayons d’analyser l’objectif positif, les réalités et les options abordables notamment au vu de la sempiternelle et sans doute intéressante comparaison du couple franco-allemand.

 

***

Posons l’objectif positif consensuel : « disposer d’une certaine autonomie énergétique si possible peu polluante, peu chère et peu dangereuse ». Les réalités objectives sont par contre diverses et multiples :

 

Nous sommes sortis de la dépendance du pétrole pour notre électricité grâce au nucléaire, véritable force motrice, et de nombreux pays nous ont emboîtés le pas. En Europe, la France possède 19 centrales et 58 réacteurs et son énergie électrique en provient à 74%, la Russie 16%, le Royaume-Uni 22%, l’Allemagne 24%, la Suède 45%, l’Espagne 26, la Suisse 40% et la Finlande 30%. L’énergie française repose aussi à 12,3 % sur l’hydraulique puis gaz 5% et de façon insignifiante sur les autres énergies mais avec un plan éolien remarquable. Notons qu’un cluster éolien existe en Bourgogne. L’Allemagne dépend du charbon à 41%, du nucléaire à 24%, du gaz à 14%, de l’éolien à 6%

 

Tout modèle économique par ailleurs sur sa durée de vie, l’hydraulique  semble être l’énergie la moins couteuse en production en euros par mégawatt-heure suivi du nucléaire, du charbon, du gaz, de l’éolien puis du solaire et le prix du pétrole est très élevé.

Autres réalités : les catastrophes nucléaires n’ont pas eu lieu pour les mêmes raisons mais produisent les mêmes effets sociaux et politiques : l’Italie, l’Allemagne, un temps revenue, et la Suisse en sont sorties suite à une catastrophe. L’Autriche, la Belgique sans doute également. L’Espagne arrête de construire mais maintient l’atome. La Finlande, la Suède qui a même critiqué l’Allemagne pour pollution, le Royaume Uni qui vient de sortir une étude, et la Russie (…), maintiennent le nucléaire  en confiance. La France a analysé depuis longtemps la réduction à 50% et annonce une étude de sécurité fin 2011. L’opposition profite légitimement ou non de l’élection présidentielle pour se reposer les bonnes questions.

 

On peut être de droite et aimer le tram à Dijon même avec les travaux et on peut être de droite et aimer une diversification des sources d’énergie. On peut aussi avoir le droit d’entendre des gens qui ont peur de cette menace inodore en espérant que les discours publics et privés sont les mêmes. J’ai pu côtoyer des gens de gauches qui, en aparté, sont réalistes sur les progrès industriels avant les progrès sociaux. Il est difficile pour les Verts d’admettre que la sécurité est totale sous peine de perdre leur légitimité alors qu’ils pourraient intelligemment veiller à la sécurité par des actions concertées et non sauvages. Quant à la sécurité industrielle, les catastrophes leur donne hélas parfois raison.

 

L’étude des Echos du 6 décembre est intéressante: « le nucléaire pèse les trois quarts du bouquet électrique mais représente 125 000 emplois directs et autant d’indirects », soit 350 personnes par réacteur. Les énergies vertes sont couteuses tant qu’elles ne sont pas amorties mais ont créé 370 000 emplois en Allemagne avec un quasi doublement d’ici 2030 alors qu’elles n’en ont créé jusqu’à lors que 94000 en France mais avec une forte progression. Par contre, si le nucléaire procure et génère beaucoup moins d’emploi (environ 30 000 d’ici à 2030 selon PWC avant Fukushima), il reste plus productif.

 

Autres réalités : le solaire est plus développé en Allemagne alors que la France est plus ensoleillée. Le Maroc va produire et exporter de l’électricité solaire à partir de grands champs photovoltaïque installés dans le désert. L’éolien offshore est plus développé en Allemagne alors que la France dispose de 20 fois plus de côtes. Le charbon est très polluant mais compétitif. Les bassins miniers français sont menacés. L’atome est comme le gaz, inodore, l’atome n’émet pas de Co2, nous entrons dans le tout électrique, l’avion est le plus sûr moyen de locomotion. Le premier crash d’un Airbus 380 fera parler pendant un an mais n’arrêtera pas ces avions de voler. Il est plus réaliste et facile d’arrêter à 25%, de maintenir entre 25 et 50 % et de réduire en dessus. Le nucléaire, ce n’est pas que des centrales mais ce sont aussi des déchets à risque qu’il faut stocker. L’Allemagne est notre premier partenaire et représente un modèle comparatif proche. Elle est écologique mais abandonne pourtant le nucléaire pour polluer énormément avec le charbon et va acheter de plus en plus de gaz en Russie.

 

On peut se demander pour quelle raison le solaire n’est pas davantage développé de la même façon que le sont les bio carburants qui polluent autant mais dont le modèle économique et de rejet global est avantageux mais finalement… plus compliqué. La technique ne serait-elle pas au point ? Les piles à combustible, elles, le sont.

 

Ayant travaillé sur les concepts de fabrication, de maintenance et de déconstruction, je suis sceptique sur le fait de dire que déconstruire une centrale coute plus cher que la maintenir et donc la moderniser mais il est vrai de dire qu’il faut prévoir un jour le coût de déconstruction dans toute réalisation, qui plus est, sensible.

 

Mettons tout cela dans l’alambic, laissons bouillir et analysons l’élixir produit. Réalisons une distillation supplémentaire comme un single malt et rajoutons qu’en Allemagne le SMIC n’existe pas…

 

***

Le politique se sert il des catastrophes pour faire passer ses convictions ? Se sert-il de la population pour mieux l’impliquer et éviter certaines décisions ? On se rappellera du référendum européen et plus récemment de la volonté de référendum grecque pour réduire la dette. Il semble en être de même pour le nucléaire.

 

En fait 50% ou 75% ? Tout le monde a en définitive raison dans une « règle d’or » énergétique pour réduire la part du nucléaire sans réduire le nucléaire.

 

Même si les 35 h ont été écrites sur un coin de table et que la psychose radioactive peut changer bien des décisions, je ne veux pas croire que les circonscriptions ont été marchandées à coup de réacteurs nucléaires avec irresponsabilité avec les effets que l’ont verra si la majorité présidentielle change de couleur.

 

Je veux plutôt espérer que l’annonce s’est faite sur des réalités étudiées comme dites précédemment et notamment sur nos 25 réacteurs ayant plus de 30 ans en 2011. J’invite les analystes à penser de façon globale au de là de la production et utiliser la matrice BCG connue en marketing pour savoir où investir, construire, entretenir et déconstruire entre les Dilemmes, (centrales à moderniser sans rendement), les Vedettes (rentables mais non amorties) et les Vaches à lait (amorties mais avec un risque à terme si non surveillance).

 

Je veux croire aussi que c’est donner une chance pour créer des emplois et pour le développement continu d’alternatives en utilisant de façon toujours plus grande le potentiel inexploité des ressources sans fragiliser notre développement économique et notre indépendance énergétique.

 

Je veux croire que la majorité en place restera dans la lancée du Grenelle de l’environnement comme dans le maintien de notre force motrice électrique pour les mêmes raisons. Cela contribuerait aussi à sauver notre pôle nucléaire bourguignon travaillant de concert avec la Franche–Comté.

 

En conservant sa capacité de production d’électricité, la France contribue à réduire la dépendance énergétique européenne et produira pour les autres nations avec des impacts économiques induits. Nous pourrons leur demander en contrepartie de nous aider financièrement à entretenir, moderniser et démanteler nos centrales et leurs déchets pour éviter tout risque potentiel. Les Verts pourront appeler cela une « prime de risque », une « taxe nucléaire » et pourront aider à calculer la survaleur de la santé au-delà des processus industriels.

 

La France pourra faire partie du sous groupe des pays à centrales co-financées par les autres pays de l’Union. L’Allemagne, qui revient sur le charbon très pollueur pourrait également investir en Lorraine dans cette filière.

 

Comme dans bien des domaines, et en pensant positivement, l’Europe de l’énergie pourra profiter d’une crise pour se structurer et mettre en place une  segmentation fédérale pour la consommation et l’achat interne et externe encadré par un Buy European Energy Act.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

patrick aubin 17/12/2011 20:10

Réflexion intéressante mais qui se place dans un contexte d'interventionnisme politique. Il ne livre pas véritablement ce que pourrait être une règle d'or énergétique... ou du moins elle ne
transparait pas.

L'énergie nucléaire présente un risque mais cela en fait-elle une énergie qui tue ? Jusqu'à preuve du contraire, le nombre de morts issu de l'énergie nucléaire n'est statistiquement pas plus
important qu'avec les autres énergies lorsque l'exploitation est effectuée dans les règles. Parce que l'irrationnel est présent dans les esprits, nous devrions nous passer d'une ressource qui
apporte une électricité bon marché ?

Le nombre d'emplois dans la filière ne serait pas très important et les politiques seraient enclin à la remplacer par une autre qui créerait plus d'emplois ? C'est oublier que l'énergie, sous
quelque forme qu'elle soit produite, est consommable, et que le plus important est donc de produire pour les consommateurs un Kwh le moins cher possible avec la meilleure qualité.

Et là, il est nécessaire de maitriser la technique de production et de distribution de l'électricité pour s'apercevoir que des systèmes type éolien et solaire présente de nombreux inconvénients
qu'il serait trop long ici à développer. Sur ce plan, l'avantage du nucléaire est irréfutable.

La meilleure des solutions consisterait à mettre véritablement en compétition les énergies en laissant le marché faire et donc en obligeant les producteurs à délivrer un signal conforme à son
transport et en intégrant les pertes en ligne entre le lieu de production et celui de consommation. Le consommateur serait d'ailleurs prié de contracter avec le producteur au tarif réel et non à un
tarif administré. Nous pourrons alors observer ceux qui resteront convaincus par les énergies vertes.

Il y aurait alors les bonnes âmes pour dire que le nucléaire est trop dangereux pour être confié au privé. Mais de qui se moque-t-on ? La qualité et le sérieux ne serait que l'apanage de ce qui est
public ? Et parce que c'est public, on pourrait produire de l'énergie à n'importe quel coût ? Le risque se calcule et les assurances sont en mesure d'obliger les entreprises à s'équiper des moyens
de protection nécessaire à la garantie de la sureté et de la sécurité. Il n'est d'ailleurs pas prouvé que l'énergie nucléaire conduit à plus de morts que les autres énergies.

Une modification juridique peut également apparaître en ce qui concerne la forme d'une société qui peut porter préjudice par un risque majeur telle qu'une centrale nucléaire : la société à
responsabilité illimitée. Cela n'apportera certes par une garantie de non risque, mais tous les dirigeants et actionnaires seront susceptibles d'être poursuivis sur leurs biens propres, y compris
après leur propre décès, en cas de préjudice. C'est tout de même mieux que d'utiliser les contribuables qui ne sont ni responsables ni coupables. Et cela en fera réfléchir plus d'un avant de
prendre des décisions uniquement financières au détriment de la sureté.

Faut-il alors refuser les énergies vertes et continuer aveuglément dans le domaine du nucléaire ? Évidemment non, car le marché saura tôt ou tard donner le signal pour utiliser une ou d'autres
énergies. Le marché est là pour cela et ce ne sont surement pas les politiques qui sont en mesure de comprendre comment le marché peut véritablement évoluer, toute tentative d'influer sur celui-ci
se solde toujours un jour ou l'autre par un retour de bâton. Le lancement du programme électronucléaire en France dans les années 70 avec la situation dans laquelle il est plongé aujourd'hui, en
est surement un bon exemple. C'est surement la règle d'or générale qui faut retenir en économie : le marché doit être seul à décider, il est un bien meilleur régulateur que tout interventionnisme.

francoischarles 14/01/2012 14:10



merci pour ce commentaire


je répondrai par contre que justement, je vous invite à relire l'article qui se voulait objectif et non politique et que vos remarques et vos arguments rejoignent en partie parfaitement les miens
même dits autrement