Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog philosophique de francois CHARLES

ma vision sur la santé

13 Mars 2013 , Rédigé par francoischarles Publié dans #mon programme politique

Santé

 

Nous devons développer la médecine généraliste et la pédagogie liée qui permettent d’éviter d’aller à l’Hôpital pour les besoins bénin. Je viens d’apprendre que des étrangers européens mais non encore dans l’Union, viennent se faire soigner en France contre la tuberculose. Ces maladies lourdes et couteuses sont payées par l’Etat. Parfois, permettons nous de fonctionner la tête froide et de réclamer, soit une réciprocité (mais il ne s’agit pas de médecine générale) soit de contribution financière obligatoire. Ceci pourrait aussi faire l’objet d’axes d’intervention dans le cadre de la Politique extérieure  de l’Union puis en fonds structurels de santé.

Les maisons de santé dans les campagnes sont une bonne initiative si elles sont créées par intégration intelligente, avec une organisation d’accueil mais surtout en conservant également une tournée cohérente.

J’accompagne depuis 10 ans l’idée concrétisée du partage des fichiers médicaux et cette pratique doit s’accentuer. Il est également important de développer la télémédecine avec les maisons de santé et les hôpitaux mais également les habitations grâce à la fibre optique.

Nous pouvons valoriser en Europe les acquis de notre sécurité sociale électronique, une des plus performantes. Nous devons contrôler et pénaliser les abus d’arrêt et de prescriptions avec avertissements et blâmes. L’embauche de fonctionnaires peut ici être un atout. La drogue est un fléau. Les centres de soins doivent accompagner vers le pilotage de l’abstinence et non pour l’entretien. En tant que conseil en management, je sais bien que le sevrage est possible avec méthode pour ceux qui veulent s’en sortir. Ou alors cherche-t-on à mieux contrôler en transparence pour constat d’échec d’interdiction ? Je suis favorable à la pénalisation du cannabis et autres substances d’états seconds. Comme j’avais pu le démontrer pour le coût puis l’optimisation d’intervention d’un camion de pompier dans ma thèse professionnelle de master audit, il en est de même possible avec la santé en posant toutes les réalités et en rebâtissant une vision globale et un modèle économique performant sans forcément injecter plus d’argent, en fait faire mieux avec autant mais en concertation et en responsabilisant plutôt qu’en imposant. Enfin, s’il est toujours plus judicieux et durable de donner envie plutôt qu’imposer, cela représente souvent un coût qu’il faut couvrir ou partager avec responsabilité.

La santé est primordiale pour l’être humain mais est un facteur vital pour nos campagnes. Pour parler santé en ruralité, il convient d’aborder les mêmes réalités multiples en étoile avec une vraie vision globale qu’en ville mais avec des curseurs positionnés différemment en fonction des caractères spécifiques des territoires. Vivre à la campagne représente une certaine qualité et hygiène de vie. Je vous avouerai que je suis beaucoup moins malade depuis que je suis revenu en Cote d’Or et tant mieux étant donné la pénurie de médecins en campagne. Pourtant il en rentre autant qu’il n’en sort mais surtout des femmes dont certaines s’arrêtent vite de travailler (10%). Pénurie enfin pour des aspects pratiques familiaux dus aux absences possibles d’écoles, de commerces et même de maisons à acheter ou rénover. Il ne s’agit pas de problèmes de revenus car les médecins en place vous le diront : leurs agendas sont plus que remplis ! Une solution a déjà été trouvée de  rémunérer des internes encore en études afin de combler les lieux dépourvus. Je sais que ce n’est pas une solution adulte mais il faut raisonner de façon logique et incitative autant que par le cœur, souvent moins chères mis plus risquées. Nous pourrions donner envie en  accentuant l’incitation financière d’amorçage pour les internes médecins comme pour les autres professions de santé en campagne et octroyer des déductions d’Impôt sur le Revenu pour rester en adéquation avec la ville. Les postes proposés en ville doivent être régulés en numérus clausus. Doit-on passer par une orientation obligatoire avec un quota à la sortie d’études comme dans les grandes écoles ? Doit-on passer par un relais des pharmaciens  même si ces derniers ont un rôle de conseil trop peu utilisé, ne pourrait-on pas développer le salariat médical qui passerait par une orientation obligatoire par les campagnes avec un quota dédié à la sortie d’études comme dans les grandes écoles ? Ne pourrait-on pas  réguler les postes en ville pour les répartir à la campagne avec incitation et prise en charge par le Conseil Général de certaines dépenses liées au déplacement (cf carburant, article sur les transports) ou de baisse de l’Impôt sur le Revenu déjà réalisé ? Infirmiers et infirmières, qui disposent d’un Ordre depuis 2006,  pourraient également travailler sur plusieurs sites et/ou obtenir des indemnités kilométriques plus grandes financées par les gains probables trouvés en remplacement des taxis, destinés au tourisme et aux affaires, par des navettes de bus. Le recrutement en Europe est une solution si une vraie approche globale est réalisée, comme dans un recrutement responsable, pour une bonne prise de greffe. Les Universités doivent accueillir davantage des personnes issues du milieu rural pour qu’ils y restent ensuite sans effort et peuvent développer une « spécialisation rurale ».

Les Maisons de santé germent peu à peu. Comme les gendarmeries, il devrait en exister une par canton. Pluridisciplinaires, elles accueillent la population mais doivent aussi permettre aux médecins de s’organiser pour se rendre à l’intérieur des campagnes en prévenant la population de leur passage. Des réunions d’échanges de bonnes pratiques et de retour d’expérience doivent s’instaurer dans les départements pour optimiser leur fonctionnement mais également leur démarrage notamment sur les conditions et les critères d’intégration matérielles, professionnelles et financières.

Il parait désormais judicieux que les hôpitaux ne soient pas forcément en ville, comme à Tournus, afin de faciliter l’accès, disposer d’une certaine tranquillité et d’une certaine qualité de vie ainsi qu’assurer un lien rural. Les Urgences doivent être maintenues dans un certain rayon d’action, comme les interventions de pompier ou de gendarmerie, d’autant plus justifié à Montbard avec ses usines. Mais s’il parait responsable de bien gérer ces hôpitaux, et de ne pas dépenser sans compter, il convient de ne pas mettre les mêmes ratios de rentabilité en ruralité qu’en ville majeure.

L’implantation de Pôles d’excellence rurale, en partenariat public privé, dans le domaine industriel, de l’énergie, etc  sans relation forcée avec l’agriculture, est aussi un moyen de créer une légitimité en matière de services médicaux sans forcément créer de villes nouvelles moyennes ou importantes comme Cergy-Pontoise.

La distance, mieux perçue en ruralité, ne doit pas être un facteur de  cloisonnement. Certains progrès techniques peuvent casser l’isolement en général et médical en particulier. Un regard sur les transports a toute sa justification pour venir consulter ou venir rencontrer les patients notamment en fonction de l’âge ou des accidents liés à l’activité avec, des systèmes de navettes médicales collectives.

Enfin, en terme de besoins et d’équipements, il convient de soigner à tout âge mais aussi de bien distinguer les cinq segments spécifiques nécessitant des moyens et contraintes spécifiques : jeunes enfants,  ados, adultes, 3e âge et enfin 4e âge.

La dépendance, que je connais bien, est aussi un problème lié à la ruralité du fait du problème d’isolement potentiel et dangereux des personnes âgées. Nous vivons plus longtemps, gagnant un trimestre de vie par an et la moitié des nouvelles nées seront potentiellement centenaires. On prévoit 1,2 millions de personnes dépendantes à 85 ans en 2040 avec en plus une augmentation des cas de maladie d’Alzheimer sur laquelle certaines études ont été lancées. Quand on connait le coût d’une maison de retraite médicalisée bien supérieur au niveau moyen des retraites, il y a donc une population qui coûtera plus cher avec un besoin de matériels sophistiqués et des personnels plus nombreux. Comme pour la retraite, il est urgent de généraliser les cotisations personnelles sur des contrats d’assurance mais également de prévoir un financement par répartition pour que la vieillesse ne soit pas un fardeau. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article