Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog philosophique de francois CHARLES

LES HIRONDELLES ET LES MOUCHERONS

4 Mars 2012 , Rédigé par francoischarles Publié dans #stratégie


— Savez-vous ce qu’indique un rassemblement d’hirondelles ?
— Leur départ.
— Exact. Maintenant savez-vous ce que cela signifie quand
elles volent bas ?
— Qu’il va certainement y avoir de l’orage ?
— Oui, mais pourquoi ? Les ailes des oiseaux sont-elles plus
lourdes ? Leur visibilité est-elle réduite ? Le ciel va-t-il leur tomber sur la tête ? Non. La réponse est ailleurs : les hirondelles volent bas et nous les voyons mieux car les moucherons, eux, dont elles se nourrissent, volent plus bas ! La condition orageuse agit directement sur les moucherons et de façon induite sur les hirondelles.

 

tiré des Fabliaux du Management par François CHARLES

 

Enseignement
Toute action a une cause. Remontez la fumée et vous trouverez
le feu. Tout comportement peut généralement être expliqué,
reste à comprendre la cause induite et par quelle circonstance
certains facteurs ont été mis en commun.
Dans la fable du surfeur et des requins, la cause venait de
l’homme lui-même qui provoquait une réaction sans le vouloir.
Dans le cas présent, les hirondelles volent bas car elles y sont
obligées… par les moucherons.
Si nous reprenons l’exemple de l’autoroute, on s’aperçoit
que cette dernière change généralement les comportements de
façon plutôt positive avec néanmoins une nécessaire adaptation
en terme commercial et de communication. Les vignerons
jurassiens, par exemple, travaillent mieux désormais grâce aux
autoroutes qui ont drainé vers eux des flux de cars remplis de
touristes étrangers. Ils réalisent souvent désormais un chiffre
d’affaires équivalent avec moins d’astreintes. Les visites programmées
de groupe sont plus nombreuses et davantage
génératrices de vente par effet d’entraînement que des visiteurs
solitaires qui achètent en général peu. Une nécessité nouvelle
s’impose néanmoins : celle de savoir communiquer, de
développer et d’entretenir les réseaux.


En terme d’évolution, on peut également se poser la
question de la gêne ou de l’opportunité des grandes surfaces
pour les petits commerces. Tout le monde défend les uns mais
apprécie les autres. On aime prendre la cause du petit cinéma,
mais on apprécie le choix et le cadre qu’offre un multiplexe.
Les deux sont-ils antinomiques ? Comme l’hirondelle viendra
toujours manger le moucheron, quelle que soit l’altitude de
l’insecte, vous continuerez d’aller chez votre cordonnier pour
retrouver son savoir-faire particulier, même s’il est désormais
abrité par la grande surface ou par la galerie marchande où
vous vous rendez habituellement pour vos autres achats. Et
vous remarquerez que vous attendiez moins avant car il avait
moins de clients ! Les boulangeries, boucheries, épiceries de
quartier sont toujours appréciées pour la proximité et le
dépannage qu’elles procurent, même si vous devez en payer le
prix, souvent justifié par une qualité accrue des produits et
prestations. Le prix de la facilité et de la proximité doit être
désormais accepté par le client comme un luxe.


LES FABLIAUX DU MANAGEMENT
64

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article