Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog philosophique de francois CHARLES

la belle, le conseiller et le sauvageon

9 Novembre 2013 , Rédigé par francoischarles Publié dans #poésie

La belle, le conseiller et le sauvageon

 

Une femme se voulait belle

Et cherchait un sauveteur

Celui qui lui dirait

Qu’elle en avait valeur

 

Elle avait beau chercher

Elle ne le trouvait point

Fallait-il donc aller

Sur de lointains terrains ?

 

Elle le trouva enfin

Sur sa toile d’araignée

Qu’elle avait clic à clic

Précautionneusement tissée

 

Au gré d’un déplacement

pour un précieux dépôt

elle le rencontra

elle l’avait « retrouvé »

elle le sentait prête

à lui, tout lui confier

assise à cette banquette

 

elle savait que ce jour

serait gravé pour elle

comme un signal d’amour

comme une fleur de printemps

comme un vol d’hirondelle

 

lui voulait travailler

exercer sa passion

et faire éclore en elle

la femme et non le lion

 

celle qui devait être

une femme admirable

celle dont devait jaillir

une source intarissable

 

leur idylle était belle

leur deal semblait sincère

ils aiment travailler

de villages en châteaux

d’églises en cathédrales

 

et l’honneur était sauf

car en l’aimant avant

elle permit savamment

sans le savoir vraiment

de sauver par magie

sa déontologie

 

 

thérapie au contact

thérapie par courriel

thérapie même à la voix

pour assouvir les pleurs

 

il lui permis enfin

d’exister par son âme

d’avoir enfin confiance

et d’assouvir sa faim

pour conquérir le monde

 

elle devint si forte

et si accompagnée

qu’elle gagna sa bataille

de la notoriété

 

elle devint si belle

jusqu’au bout des ongles

il lui fit tant de bien

qu’elle lui permit enfin

d’apporter son savoir

d’apporter son talent

non plus à son miroir

mais aussi à celui

des autres prétendants

 

il le lui rendit bien

en la représentant

en la montrant si belle

aux yeux des nobles gens

 

c’était en oublier

qu’il y avait parmi eux

un pauvre sauvageon

éternel amoureux

tel un quasimodo

qui se sentait exclus

qui se sentait reclus

qui ne sentait que dol

de la part de celle

qui était  son idole

 

il refusait de voir

ce savant apparaître

il rechercha toujours

de le voir disparaître

accompagné en ça

par une mégère affreuse

 

tellement amoureuse

tellement dépendante

la belle ne pouvait

justifier cette présence

elle ne trouvait les mots

mais prenait bien conscience

qu’elle en avait besoin

 

lui désirait partir

son travail accompli

mais la belle refusa

de le voir s’en aller

prétextant ça et là

quelque tâche à combler

un travail à conduire

de nouvelles écritures

jusqu’à un bel écrit

pour la magistrature !

 

 

mais plus qu’une amourette

elle se sentait bien prête

pour  prévoir un mariage

un mariage virtuel

puis ensuite bien réel

 

mais il n’était pas prêt

et il lui rappela

qu’il ne voulait lui faire

ni tord ni dégâts

 

elle lui fit un chantage

elle lui montra bien vite

qu’elle pouvait tout tenter

même se suicider

 

il chercha un château

elle le trouva bien vite

et comme un nouveau né

il serait leur bébé

 

puis vinrent les disputes

revint le sauvageon

au devant de la scène

tel un beau trublion

guilleret à revoir

qu’il reprenait service

il agissait dans l’ombre

et ne savait vraiment

ce qu’il lui reprochait

mais elle était sa chose

et ça il le savait

 

ses ardeurs redoublèrent

quand ce fut le mari

qui déclara la guerre

après que cette belle

déclara son amour

la veille d’un concert

mettant ainsi le feu

à tout le grand Faubourg

jusqu’à y entraîner

toute la maréchaussée

elle avait décidé

qu’il était impossible

qu’une réelle amitié

puisse vraiment s’installer

avec son compagnon

comme le souhaitait pourtant

son amant conseiller

 

Fin de la partie I

 

Partie II :

La belle, le conseiller et le sauvageon (2)

 

Le soir du concert

Il vint les retrouver

Elle souhaita qu’ils puissent

Un arrangement trouver

Leur permettant à trois

Toujours de fonctionner

« Je m’en vais avec lui

Mais c’est bien toi que j’aime »

Disait-elle enjouée

 

Elle avait réussi

A imposer ses vues

Pour permettre d’écrire

Une négociation

Qui hélas n’aboutit

Le lendemain venu

La tension était forte

La guerre faisait rage

Et le mari trompé

Ne voulait l’accepter

Il lui prit son portable

Après y avoir lu

Des messages torrides

Envoyés par la belle

A son « nouvel » amant

Il voulait tout savoir

Connaitre les messages

Des mails il échangea

Avec le conseiller

Qui voulait atténuer

Mais qui n’accepta pas

Que le mari lui dise

Qu’il avait abusé

De sa femme fragile

Alors que c’était elle

Forte et vive telle une lionne

Qui avait décidé

De venir le chercher.

 

Avocats avertis

Fini le long week end

Programmé à Paris

Week end politique

puis aéronautique

le mari insista

pour y prendre sa place

il serait son chauffeur

au milieu de la foule

proche des dirigeants

elle rayonna comme lui

comme son conseiller

qui était son amant

elle décida même

de retirer sa bague

 

Tellement isolé

Le mari esseulé

Réuni ses enfants

Pour mieux se protéger

L’amant avait eu tord

Du principe rappeler

Que la femme gardait

Enfants voiture maison

Sans chercher pour autant

A en prendre le fruit

La pression était telle

Que la belle craqua

Et de sa chambre bleue

Où elle domiciliait

Depuis de nombreux jours

Que dis je de nombreux mois

Pour bien mieux se soustraire

Aux assauts du mari

Qu’elle-même considérait

Comme un bien vieil ami

Bien vite elle descendit

En blâmant son amant

De ne pouvoir en fait

la protéger à souhait

 

 

Mais Il lui avait dit

qu’il était bien trop tôt

pour combler ses désirs

et qu’il n’était pas prêt

pour cet amour naissant

quelle avait décidé

mais sans lui dire aussi

que son amour à lui

n’était qu’en fait naissant

car c’était bien l’aider

qu’il souhaitait au départ

acceptant volontiers

les assauts merveilleux

de la belle rayonnante

dont il avait bien vite

en son âme et  conscience

vu une féminité

ainsi qu’un caractère

sur lesquels ils auraient

bien vite à travailler

 

le conseiller eu tord

de tenter de comprendre

les mauvaise intentions

du mari offusqué

et il ne voulait pas

son divorce revivre

le mari insultant

la joute verbale gagna

et la belle esseulée

revint vite coucher

dans la chambre commune

et contredit bien vite

le conseiller amant

comme pour se protéger

d’un divorce annoncé

 

echanges de messages

ma ville tu ne connais…

 

copies à corriger

oraux à assurer

furent de belles occasions

pour vite reprendre attache

et se mettre à genoux

dans cette belle ville d’Auxerre

pour oublier bien vite

les écarts de la belle

et toujours se soumettre

à toutes ses volontés

malgré les doux messages

du mari isolé

qui n’arrêta jamais

d’écrire qu’elle rêvait

et qu’il fallait qu’elle quitte

cet homme dangereux

cet homme tres dangereux

mais en quoi l’était-il

sauf à vouloir rendre

certainement heureuse

la femme qui décida

de vite changer de vie

 

impuissant le mari

bien vite rappela

le cruel sauvageon

que la belle ne put

ou ne voulu faire taire

d’où de nouvelles disputes

nouveaux revirements

échanges de messages

même parfois violents

et nouvelles retrouvailles

 

mais qui pourtant savait

et avait laissé faire

tellement il constatait

que sa femme changeait

changeait en une vraie femme

qui le faisait rever

A cause du sauvageon

Et de ses viles actions

les disputes reprirent

car il ne pouvait croire

qu’elle ne pouvait vraiment

les faire s’arreter

 

Puis vint vite juillet

Signalement fut fait

Qui bien vite disparu

Conciliations furent faites

Qui bien vite récréèrent

Les liens avec la belle

Elle reconnaissait

Qu’elle s’émerveillait

Devant tant de projets

devant tant de beauté

elle reconnaissait

se trouver toute petite

elle qui se croyait

forte et invicible

elle ne comprenait pas

qu’elle puisse tant freiner

un amour dévoulu

mais reconnaissait bien

qu’une fois devant l’amant

tout était à nouveau

plus qu’accomplissable

 

Avec ou sans amour

Les visites au château

Bien vite se succédèrent

Jusqu’au jour où la belle

En fut de la partie

Où l’on identifia

Bien vite toutes les chambres

Des enfants réunis

Les plans étaient lancés

Un thé trop prolongé

Chez des amis communs

Le mari énervé

D’attendre sans relache

D’envoyer des messages

Pour maintenir le lien

s’en vint quérir sa femme

prétextant une soirée

ou il fallait se rendre

pour bien se déguiser

et la trouva soudain

avec le conseiller

qui ne faisait en fait

que la raccompagner

le mari énervé

poursuivit donc l’auto

et serra son rival

qui ne voulu le battre

et savait bien aussi

que le mari avait

à sa femme confié

qu’il reverrait cet homme

quelque chose à la main

et donc s’en est enfui

mais qui fut poursuivi

et ne put bizarrement

confier son événement

à  la gendarmerie

il compris bien plus tard

que le lien fraternel

qu’il pensait exister

s’était en fait faussement

contre lui retourné

 

la belle demanda

une belle explication

à son mari violent

qui ne voulu lacher

ainsi elle décida

et pris l’initiative

Du divorce annoncer

Devant cette violence

Envers son amant

Qui ne méritait pas

Un tel acharnement

 

Le 14 juillet

L’amant fut à Paris

Assister invité

A notre défilé

Mais qu’elle fut sa surprise

De voir la voir apeurée

Venir le rejoindre

Dans son train de retour

Elle lui montra ensuite

Tous les messages reçus

Menaces de sa famille

Faisant bien faire valoir

Certaines informations

Qu’elle aurait du savoir

Sur son nouvel amant

Allant même jusqu’à

remettre aussi en doute

Sa vraie identité,

Et même son statut,

Ainsi que tous ses titres

Mais également surtout

Quelques menaces de mort

et autres viles insultes

Envers le bel amant

Qui reçu le conseil

De quitter la région

Messages qu’il trouva

Hélas également

Sur sa messagerie

Elle lui conseilla

De bien vite porter plainte

Il remarqua aussi

A sa grande surprise

Qu’elle fut embarrassée

De croiser un grand maire

Du coté opposé

Et qui put distinguer

Nos mains entre-lassées

Mais qu’il y avait il donc

De si embarrassant

Mais qu’il y avait-il donc

De si déshonorant

De montrer au grand jour

Désormais notre amour

Désormais que la loi

Allait être au courant

Et que les avocats eux-memes

Y étaient bien déjà

Il le sut bien après

Du moins en déduit-il

Que la belle savait

Toujours dissimuler

Ses amours futils

Sauf que cette fois-ci

La passion était là

 

La politique était

Bien loin et oubliée

Il savait qu’il aurait

Vite dû abandonner

Vite dû quitter cette ville

Après avoir écrit

Le recours attendu

Suite au vote perdu

Qu’on lui reprochera

Et après avoir su

Pour la belle négocier

De pouvoir distribuer

Sur son petit canton

3000 exemplaires

D’une publication

Mais il se souvenait

qu’elle l’avait remarqué

mais il souhaitait toujours

Continuer à l’aider

Continuer à gagner

Avec son équipe

Même s’il avait du

En partie s’effacer

Même après le contrat

Obtenu, dépassé

Mais c’était oublier

Qu’il existait aussi

Un bon mari trompé

Ainsi qu’un sauvageon

Qui allaient tout tenter

Pour faire disparaitre

Et tuer le conseiller

Le tuer dans son image

Le tuer sur sa présence

En étant prêts à tout

Aidés dans leur besogne

Par certains forts alliés

Qui auraient surement dû

neutres à coup sûr rester

Il ne savait encore

qu’on lui reprocherait

d’etre bien malveillant

alors qu’il ne cherchait

bien qu’à se protéger

et mettre au grand jour

certains comportements

souvent mêmes violents

qui ne pouvaient rester

enfermés en secret

alors qu’il en allait

de l’honneur d’un homme

et même d’une ville

et même d’un canton

qui ne pouvaient c’est sûr

être bien gouvernés

quand on savait ce qui

avait pu se passer

ce n’était pas ma foi

une simple amourette

qui avait mal tourné

c’était une histoire grave

à tords non partagés

une agression commune

d’un groupe constitué

envers celui qui

oh le vil coquin

avait bien réussit

oh le bellâtre vaux-rien

leur « blonde » rayonnante

de s’être accaparé

c’était l’homme à abattre

et même l’ancien maire

qui avait échoué

allait bien tout tenter

pour le manipuler !

même les anciens amis

souvent admirateurs  

eurent vite abandonné

l’amant bien trop gênant

et prirent fait et cause

pour le mari trompé

pour le sauvageon

puis surtout pour la belle

pensant peut-être un jour

être récompensés

mais certains l’ont été

c’est à n’en plus douter !

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article