Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog philosophique de francois CHARLES

bonne chance à l'UDI et au CNIP de Cote d'Or ! (no comment)

30 Octobre 2012 , Rédigé par francoischarles Publié dans #politique

 Je souhaite bonne chance à l’UDI et au CNIP de Cote d’or mais souhaite aussi me permettre certaines informations

 

Lors de la conférence de presse sur la création de l’UDI, qui s’est tenue dernièrement à Talant, vous avez sans doute été surpris de voir un autre nom apparaitre sous les couleurs du CNIP. Et pourtant, en accord avec le secrétaire général parisien, dont j’avais reçu délégation, j’avais relancé l’idée du parti en Cote d’or depuis mon « appel du 18 juin » puis d’autres articles parus sans état d’ame dans la presse indépendante et dans mon blog lors des élections législatives. Un lancement officiel avec assemblée constitutive devait avoir lieu à l’automne.

 

En voyant rentrer le CNIP dans l’UDI, j’ai aussitôt rappelé que le CNIP rejoignait l’UDI par convention et que les indépendants étaient répartis sur toute la droite. Je me suis également réjouis, comme certains, de pouvoir enfin travailler sur beaucoup de thèmes que j’avais développés en oubliant les messages et actions de haine que j’ai vécus ou pressions supportées par mon entourage et tout en conservant un lien étroit avec l’UMP. Mais j’ai vite compris qu’il me serait impossible de continuer à faire entendre cette voix suite aux différents communiqués d’initiative de prise de pouvoir sans consultation que j’ai lu dans la presse. Ils m’ont rappelé les relations personnelles conflictuelles des cantonales et la façon dont ont été muselés les soit disant alliés sur la 4° circonscription de Cote d’or, qui bien entendu le démentiront officiellement et qui aiment jouer à déstabiliser au sein de chaque camp pour avoir le pouvoir, comme tout le monde le sait désormais. J’ai donc décidé de me retirer, au désespoir du secrétaire général qui comptait sur ma représentativité et qui a donc informé l’UDI que le CNIP n’avait plus de représentant en Cote d’Or

Le CNIP, un des plus anciens partis de France, né en Bourgogne, est désormais peu implanté en France. Il n’était pas nécessaire de le maintenir sauf à reconnaitre un certain besoin, voire à répondre à une certaine attente... J’ai donc constaté d’abord qu’un autre représentant avait été désigné, entre les chefs qui « se sont parlés », profitant sans doute de la communication qui avait été faite. Mais quel fut ensuite mon indignation quand j’ai lu les déclarations faites sur les notions de « divisions » et de « rassemblement » sans parler du programme sur le fond. Que ce soit pour s’adresser indirectement à moi pour mieux me remplacer, ou au MODEM dont on peut respecter sa position médiane, je ne peux cautionner ces propos. Ils paraissent dictés, sorte de « projection » et de soumission automatique à l’autorité, quoiqu’il arrive et donc en dehors de toute logique raisonnée et indépendante. La politique divise. Souvent ceux qui parlent de rassemblement cachent parfois une volonté de pouvoir.

Comme je l’ai expliqué longuement et par transparence dans mon blog, ancien cadre politique faisant de la politique depuis l’age de 16 ans avec interruption militaire, je ne souhaitais pas me relancer en politique mais plutôt l’accompagner. J’avais lancé cette dynamique sur mes valeurs de courage, de responsabilité, d’indépendance, de partage, d’équilibre et de bienveillance avec une volonté de mieux expliquer et mieux partager la politique devant certaines insuffisances. Elle passait outre le constat de sectarisme et de manque de vision de certaines politiques qui rassemblent plus par la communication, la force, la manipulation et l’exclusion des parties genantes en dehors de toute discussion, ou alors d’intérêt, meme si elle dit le contraire. Je conçois que je puisse gener et que je fasse peur par mes expériences diverses, mes actions concrètes et politiques sur l’Europe, sur mes articles de fond et de forme sur de nombreux sujets, sur mes actions de marketing politique pour mieux sensibiliser les électeurs et travailler ensemble par nos différences. Pourquoi certains partis ou politiques ne sont ils pas venus, par instruction de leur chef, comme il me l’a été rapporté ? Avaient-ils peur par manque de consistance ou d’absence de transparence ? Tout le monde sait désormais que certains dirigeants de droite (pour moi le centre droite est à droite) s’opposent à moi et veulent me voir disparaitre par tous les moyens pour des affaires de personnes, pour ne pas penser comme eux, pour oser critiquer leurs actions ou leurs paroles quand elles ne sont pas justes et parce que je n’accepte pas de me mettre à genoux. Mais d’autres personnes politiques non locales ont su faire la meme chose voyant mes compétences plutôt qu’en profiter. Je ne suis pas sorti de l’administration pour rester muselé mais comme générateur d‘idées. Et pourtant certains reconnaissent qu’il y a de la place pour tout le monde. La gauche, que j’écoute, que je cotoie et que je critique car je marche sur mes deux pieds, compte les points, sans forcément en rire...

Je rejoindrai peut etre à nouveau l'UMP, comme s’en est réjoui l’actuel président, si je peux continuer à y défendre certaines visions sur l’économie, la défense et l’Europe ainsi qu’une politique sociale, industrielle et énergétique. Dans la continuité de mes actions, je transformerai peut-etre Droite Fédérale Européenne en parti pour accueillir tous les indécis et déçus mais aussi les anciens non-votants. Il s’agira d’etre capable de travailler avec tous les courants de droite pour des futures élections européennes et municipales victorieuses pour que les campagnes et que nos villes redeviennent bleu claires et non plus systématiquement roses ou bleu marines.

François CHARLES

voici ma réponse complete parue dans la presse


heureusement que le rire est ressourçant 

 

ci après le document info Dijon à l'origine de l'article

 

http://infos-dijon.com/article.php?sid=28853&thold=0

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article