Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog philosophique de francois CHARLES

Allocution du président de l'IRCE lors de l'AGO

17 Septembre 2012 , Rédigé par francoischarles Publié dans #europe

 

retrouvez la également sur le blog de l'IRCE : ICI   ainsi que sur les groupe IRCE de facebook et Linkedin

 

Allocution du Président lors de

ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

du 12 septembre 2012 - Cercle National des armées à Paris

 

 

 

Messieurs les généraux, officiers, parlementaires, élus, dirigeants, mesdames, messieurs, chers amis

 

J’ai le plaisir et l’honneur de nous voir réunis aujourd’hui, comme nous le seront maintes fois par la suite, pour cette nouvelle dynamique que j’ai et que vous avez souhaité pour la recherche et la communication sur l’Europe à un moment charnière où l’avenir de notre espace, de son organisation, de son fonctionnement et du rayonnement de son identité sont en jeu. Nous sommes également sensibles par les messages d’excuse adressés par certains parlementaires, militaires, représentants des institutions françaises et européennes et étrangères et de la société civile française, et notamment de madame Houtman, chef de la représentation en France de la Commission européenne

 

Nous sommes toutes et tous concernés par l’avenir de l’Europe, de ses nations, de ses régions et de son identité. Nous sommes concernés par l’avenir de ses peuples, de ses produits et de ses richesses. Nous bénéficions tous les jours des fruits de la recherche technologique désormais également axée sur les hommes et les infrastructures. Nos entreprises et surtout nos PME peuvent trouver dans l’Europe un lieu de soutien et d’accompagnement. L’Europe sociale et de l’éducation progresse à grands pas. Nous sommes conscients des forces mais également des faiblesses de notre espace face aux opportunités et aux menaces mondiales mais également internes. Que de chemin parcouru en si peu de temps, depuis cette volonté initiale politique mais humaine et réaliste de faire taire la guerre, bien vite transformée dans une dynamique économique et peu à peu financière, sociale et peu à peu fiscale, preuve d’une certaine nature européenne qui attendait d’éclore et qui peut se montrer forte pour affronter les crises. Il reste encore certaines tâches à accomplir pour consolider une maison Europe abritant des peuples et des nations qui doivent apprendre à travailler ensemble pour créer une identité forte et interdépendante de par leurs différences. Mais une identité voulue avec une organisation comprise, acceptée, cohérente et maîtrisée propice à un développement serein, remarquable et enviable.

 

Quel modèle économique doit-elle suivre ? Quelle gouvernance adopter ? Doit-elle être fédérale ou confédérale, des nations ou des régions ? Connait-on vraiment nos partenaires ? Quel est le degré de résistance du ciment européen ? Quelle politique industrielle ? Quel enseignement du dollar et de la FED pour l’euro et la BCE ? Quelle politique monétaire ? Quelle segmentation industrielle et énergétique ? Les règles de concurrence doivent-elles changer ? Doit-on constituer des groupes de pays dans une membrane globale et renforcée ? Quel leadership adopter ? Quelle Europe sociale ? Doit-on renforcer certains critères d’adhésion ? La défense et les relations extérieures ne devraient-elles pas être plus représentatives ? Quelle dose de politique rétablir dans l’Union au delà du pilotage économique pas des règles ? Quel pacte de stabilité financière ? Quelle Europe pour 2020 et 2040 ? Autant de questions parmi tant d’autres ne pouvant se contenter de réponses toutes faites et partielles ou de copier-coller hâtifs et méritant une vision et sans doute un regard différent sachant prendre en compte les réalités de tous.

 

L’Europe doit marcher sur ses deux pieds, de façon équilibrée, connaissant ses forces et ses préférences avec compréhension des regards différents, sachant échanger mais aussi penser par elle-même, sachant avancer concrètement mais dans une vision cohérente et une veille permanente, sachant prendre des décisions logiques économiques mais parfois adaptées à certaines réalités et volontés des peuples qui la composent, sachant enfin être structurée mais également flexible et réactive.

 

En tant que citoyens représentatifs de notre société, forts de nos expériences professionnelles et personnelles, forts de nos méthodes et expertises, forts de nos complémentarités, de notre ouverture d’esprit et de notre capacité à imaginer, prendre du recul, critiquer dans une logique constructive, il est de notre devoir de chercher, communiquer et agir pour aider nos institutions, nos entreprises et nos populations à bâtir un espace optimal de paix, de liberté et de prospérité et notamment pour les futures échéances de 2014.

 

Comme je vous le mentionnais dans la communication envoyée, je me permettrai d’aborder un historique de l’association, de son objet, de ses actions passées et récentes, de la justification de sa relance dynamique et des attentes, de son organisation structurelle et géographique, de ses relations avec les autres associations et institutions, de ses relations en régions, de ses rencontres régulières et ses événements, de ses groupes de travail et propositions de publications. Viendront ensuite les aspects financiers, la modification des membres du bureau puis  l’AGE pour les modifications liées au siège et aux cotisations

 

Après avoir côtoyé le Centre d’Etudes et de Prospectives Stratégiques (CEPS), la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS) et d’autres associations ou fondations, et après une expérience professionnelle m’ayant permis de découvrir le fonctionnement de l’Union, les réalités de l’OTAN et certaines approches comparatives mondiales, notamment asiatiques et étasuniennes dès 1992, ayant présidé et accompagné des associations et fondations, j’avais décidé, avec quelques personnes, de créer et de déclarer en 2002 une association de développement, non uniquement concentrée sur les aspects européens et sous une autre appellation. Elle fut assez active en 2003 pour évaluer le plan potentiel éolien et pour connaître les actions de coopération décentralisée engagées. Différents courriers ont été adressés aux autorités et ministères français ou étrangers (voir AG 2003) dans le but de proposer des idées et actions de développement  sur la tenue à l’école, sur le choix d’achats d’avions, sur des actions de gestion de crise et la constitution d’une force d’action européenne pour lutter contre les marées noires (où notre courrier a été évoqué au journal télévisé), sur les enjeux de la francophonie, pour les actions en faveur des PME, sur la formation des personnels, le financement de la sécurité et les synergies entre ministères, pour émettre certaines propositions dans le cadre de la réforme des retraites, sur la mise en place d’une structure de gestion des risques sur les infrastructures routières ; sur l’offre de service de l’association en faveur des Pays d’Europe Centrale et Orientales (PECO) et autres pays en voie de développement, sur les sujets de défense européenne, pour apporter un concours aux travaux sur le projet de convention, pour proposer un nouveau référentiel de mesure de niveau de vie. Enfin, j’ai eu l’honneur d’intervenir en région sur le thème du lien entre l’Europe et l’intelligence économique.

 

L’objet de notre association a évolué en 2004 dans une optique résolument européenne sur le fonctionnement et la politique extérieure. Après avoir lancé l’idée d’une conférence à l’ESCP-Europe sur le dialogue méditerranéen, certaines raisons de disponibilité du bureau et de son président ont contraint à mettre ses activités en sommeil.

 

Désormais les réalités ont changé. Sur une base d’amorçage de certaines publications et animations appréciées, qui en appellent désormais d’autres, l’intérêt est grandissant et je m’engage à consacrer une plus grande partie de mon temps à notre association, aidé par un bureau, un conseil d’administration et des membres nombreux et motivés qui vous seront bientôt présentés. L’objectif est à terme de faire grandir la structure pour accueillir des salariés permanents administratifs et chercheurs. Je profite également de cette assemblée pour vous annoncer la relance de l’association ALQUEMIA traitant des problématiques de gestion de l’eau, qui pourra travailler avec l’IRCE sur les aspects européens, à la fois humains et stratégiques, lié à cette ressource.

 

Reprenant l’objet de nos statuts, notre association « a pour objet de réaliser, dans le cadre des dispositions législatives et réglementaires en vigueur, toute action apte à œuvrer pour le développement et le rayonnement européen internes et externes dans toutes ses dimensions notamment par des actions de recherche, d’étude et de communication. Elle a, en conséquence et pour rôle d’éclairer les membres qu’elle rassemble sur toutes les possibilités offertes tant par les lois et règlements que par les institutions existantes ou à créer. Elle a pour vocation d’étudier et de négocier avec les institutions et organismes compétents toute formule juridique, financière ou matérielle susceptible d’améliorer les prestations proposées à ses membres et dans le cadre de son objet. Enfin, le I.R.C.E. peut organiser, à périodicité régulière, des visites, réunions-débats sous la forme de conférences, colloques, expositions, petits-déjeuners, dîners, cocktails, pour présenter des projets, recueillir des idées, recueillir des fonds mais également réfléchir sur ses buts, ses enjeux et les actions à engager. L’association ne poursuit aucun but politique ou religieux et est sans but lucratif. »

 

Outre le plaisir de nous réunir, l’IRCE n’est pas une association de plus et doit trouver sa place complémentaire parmi et avec les associations et autres fondations déjà existantes, que nous connaissons, tournées vers l’Europe (Confrontations Europe, mouvement européen, AFDEE…) ou plus généralistes (FRS, IRIS…). Elle oeuvrera pour le statut d’association européenne. Elle se veut être un laboratoire d’idées et d’échange en France amis surtout intra-européen sur le sens et la vision européenne mais également un vecteur de réalisations et d’accompagnement d’événements ou de projets. Elle se doit d’être référencée dans les plus grandes instances nationales, européennes voire mondiales (UNESCO…) sans oublier les réseaux locaux, notamment des collectivités, maisons de l’Europe en régions et Entreprise Europe Network.

 

A travers les mots de recherche et de communication, l’IRCE se doit d’entretenir plusieurs types des missions : d’une part pédagogiques pour mieux faire comprendre au grand public et aux entreprises le fonctionnement des institutions, de certaines mesures, comme des possibilités d’actions (et nous avions enregistré de très bons retours terrain lors du projet de convention européenne) avec un objectif de réduction sensible de l’abstention aux élections européennes, d’autre part analytiques mais également génératrice d’idées et force de proposition à travers certaines études ou interventions pour aider les institutions, collectivités ou organismes professionnels sur des sujets variés avec un fort échange intra-européen et enfin d’accompagnement de projets à portée macro ou micro-économique

 

De nature apolitique, indépendante et généraliste, l’IRCE se propose de rassembler des publics de domaines d’activités variés pour une richesse d’action ne négligeant aucune réalité ni aucune option de raisonnement. Elle doit faire germer visions et identité avec méthode en allant également chercher et comprendre d’autres points de vue et retours d’expériences pour mieux faire rayonner l’Europe par la richesse de ses différences en n’hésitant pas à mettre « d’autres lunettes » Un effort particulier sera lancé vers les universités, écoles de management et d’ingénieurs bien souvent délaissées au profit des seuls instituts de sciences politiques. Le monde parlementaire pourra enfin parler au monde de l’entreprise dans des approches mesurables, réalistes et réalisables

 

Je souhaite également que l’IRCE puisse désormais rayonner en région avec des animations mais aussi des bureaux représentatifs afin d’accueillir de nombreux membres non parisiens et enrichir le partage et le sens de ses actions. Des groupes de travail pourront exister partout en France et correspondre par visio-conférence. Un ancrage est établi désormais en Bourgogne, qui accueille par la même occasion le nouveau siège social qui sera néanmoins domicilié dès que possible à la maison de l’Europe à Paris tout en conservant une adresse régionale.

 

La communication de l’IRCE s’effectuera à travers des publications d’articles et de revues thématiques avec appels à contribution. Une série de « livres blancs » pourrait être lancée. Mon souhait est que l’IRCE soit reconnue comme organisme de référence à travers les médias papiers, radios et télévisés pour les questions liées à l’Europe, avec interventions systématique sur les grands sujets. Mais cette communication s’effectuera également à travers les médias régionaux, avec un projet en cours en Bourgogne, concernant les approches comparatives territoriales sur des sujets variés.

 

Afin d’entretenir nos relations, l’IRCE existe sur les réseaux sociaux, avec une page et un groupe facebook ainsi qu’un groupe sur Linkedin et possède un blog http://irce.overblog.com

 

Différents courriers ont été adressés en 2012 aux autorités dans le but de proposer des idées et actions de développement : à M. le ministre de la défense pour les articles Buy European Act et à M. le ministre des affaires étrangères sur les articles de facilitation pour résoudre la crise syrienne intéressant les questions euro-méditerranéennes. Un série d’articles, comme ceux que vous avez reçus, (coupe feu financier européen, crise financière France-europe, la crise salvatrice de l’Europe et de la Grèce, l’OTAN vecteur d’intégration européenne, buy european act 1 et 2, quelles solutions pour la crise syrienne…) ont été rédigés et publiés avec mention IRCE sur le site de presse en ligne www.lecercle.lesechos.fr où écrivent notamment des personnes de renommée internationale

 

Il conviendra d’analyser la création d’un comité scientifique de lecture et de publication comme prévu dans les statuts

 

Différents événements réguliers seront prévus à Paris, à Dijon et Valenciennes dans un premier temps :

des petits déjeuners avec conférencier, espérant le succès de ceux de la Fondation Concorde ou de Politique Internationale ;

certaines conférences de journées ou demi-journées thématiques avec de nombreux intervenants

 mais aussi certains diners ou certaines conférences de soirée en liaison ou non avec d’autres organismes pour en assurer le succès

 

les thèmes suivants ont déjà été communiqués :

L’Europe de l’Atlantique à l’Oural ? (avec la présence potentielle de Vladimir Fédorovski)

Le couple économique franco-allemand

L’union pour la Méditerranée : nouveau centre de gravité ?

Nucléaire européen : vers une segmentation énergétique ?

La coopération des gendarmeries européennes

La prise de décision européenne : rôle des institutions européennes et des parlements nationaux

La défense européenne : quelle identité et quelle stratégie à côté de l’OTAN ?

Quel avenir pour la PAC : premier budget européen

Explications sur le budget et les financements directs et indirects de l’Union

La genèse de l’Europe

La crise salvatrice de l’euro et de la Grèce

Crise financière : mais qui veut donc la peau de l’euro ?

La politique extérieure de l’Union

Les critères d’intégration : problème turc ? problème hongrois ?

La théorie des organisations appliquée à l’Europe

Le problème des minorités

Pourquoi l’euro a sauvé nos économies

Les systèmes administratifs des pays de l’Union

Forces et faiblesses d’une Europe fédérale

Panorama des FCS de création de valeur en Europe

Vers une évolution de la concurrence : le buy european act

Airbus a fait l’Europe : panorama des coopérations industrielles européennes

Panorama et optimisation des structures de recherches régionales et nationales

 

 

Une idée originale verra également le jour : Les dîners ou conférences  « coup de tamis » où il s’agira de comprendre un exemple qui marche dans un pays de l’Union puis d’analyser, en table ronde, et en groupe, sa possible application en France sans copier-coller hâtif, ou inversement de la France vers l’Union. Une série de thèmes a déjà été communiquée et accueillie avec intérêt :

 

 

Les maisons de santé

La télé médecine

Les horaires scolaires

La tenue à l’école

La retenue de l’impôt à la source

Les taxes audiovisuelles

Le temps de travail

Gestion alimentaire

Protection des nécessiteux

L’entretien des routes

Les transports scolaires

La gestion des déchets

La consultation des anciens

La retraite

Les contrats d’assurance vie

Organisation administrative

 

Des groupes de travail seront prochainement créés, avec certaines publications à la clé, pour réfléchir notamment sur la gouvernance, les politiques fiscales,  la défense, la segmentation énergétique, le Buy European Act, la politique extérieure, la politique agricole, la coopération en matière de sécurité, la vitalité des territoires

 

Des délégations particulières thématiques seront organisées au long de l’année lors de grands événements comme par exemple le salon aéronautique

 

Enfin, seront prévus chaque année des rencontres à Bruxelles ou Strasbourg avec rencontre des parlementaires, membres de la Commission et du Conseil ainsi que professionnels du lobbying ainsi qu’un voyage thématique dans un pays d’Europe

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article