Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog philosophique de francois CHARLES

élections Montbard 2014 et projets territoriaux

21 Juillet 2013 , Rédigé par francoischarles Publié dans #territoires de Cote d'or

 

bonjour

 

certaines et certans d'entre vous ont trouvé des documents d'information dans leur boite aux lettres 

ils ne signifient pas pour autant (sine die) un quelconque engagement sur Montbard où j'ai depuis quelques temps arreté mes projets de toute nature, pris par ailleurs vers d'autres territoires et d'autres population qui en ont a priori davantage besoin.

 

vous disposez néanmoins désormais d'une certaine "vision pour Montbard" publiée depuis longtemps, déjà au grand désespoir avéré de certaines ou certains. appliquez là avec soin.

 

s'agissant du projet de Nogent, ce dernier est aujourd'hui gelé suite au revirement étonnant de la banque détendrice; ceci s'ajoutant à de nombreuses actions de déstabilisation locales et départementales politiques et personnelles pour que certains projets que je mene ne se fasse pas. 

 

je vais sans doute décevoir toutes celles et ceux qui ont encore voulu me relancer, notamment cette semaine mais également les excités, les soi-disant ouverts d'exprit, les moutons de panurge devenus éveugles et sourds, les betes affreuses à qui on a pris leur "précieux", les jaloux qui piquent ou détruisent chaque idée ou chaque projet, ceux qui assimilent la politique violente à l'intéret général ou politicards retraités n'ayant que l'objectif du pouvoir en tete : c'est en ame et conscience et sans etre "victime" de quoi que ce soit ni ue qui que ce soit que je passe à autre chose (ils n'ont pas gagné, est-ce entendu ? bonne chance)

 

mais ... la flamme reste néanmoins allumée... 

Lire la suite

journées napoléoniennes Montbard - Bussy et partenariat mécénat engagé avec l'IRCE

21 Juillet 2013 , Rédigé par francoischarles Publié dans #territoires de Cote d'or

 

pour le bi centenaire de la mort du Général Junot, ce samedi et dimanche 20 et 1 Juillet ont lieu les jourénes napoléoniennes au Village de Bussy le Grand, au chateau de Bussy-Rabutin et dans la ville de Montbard, avec visite des maisons Junot, commémoration au cimetière, bapteme d'une place en son nom et spectacles assurés par les reconstitueurs, conférenciers, la musique de la Garde Impériale de Dijon et le quadrille de Besançon

 

 

un avant gout des festivités de reconstitution de batailles en Cote d'or en 2014 pour le bi centenaire de la bataille de France

 

voir le lien sur le site de l'IRCE pour le partenariat mécénat

 

ici quelques images de la journée au Chateau de Bussy Rabutin 

 

SAM_1908.JPG

SAM_1904.JPG SAM_1905.JPGSAM_1906.JPG  conférences

SAM_1907.JPG

SAM_1910.JPG

SAM_1913.JPG SAM_1914.JPG SAM_1916.JPG

SAM_1918.JPGSAM_1919.JPG

SAM_1922.JPG

SAM_1925.JPG

SAM_1926.JPGSAM_1927.JPG 

SAM_1928.JPG le Quadrile second empire de Besançon

 

Lire la suite

l'Europe à Auxerre et toujours à Montbard

18 Juillet 2013 , Rédigé par francoischarles Publié dans #territoires de Cote d'or

 

aujourd'hui, en tant que Président de l'IRCE était en distribution et sensibilisation à AUxerre pour el grand public et els entreprises

 

avant la passage hebdomadaire à Montbard

 

IMG-20130718-02085.jpg

 

Lire la suite

Le livre blanc sur la défense 2013 : consolidation et contradiction (2/3)

17 Juillet 2013 , Rédigé par francoischarles Publié dans #défense

Suite de la partie I

 

 Le livre blanc sur la défense est sorti. Au lendemain d’un séminaire européen de haut niveau où j’ai entendu des militaires européens demander des directives politiques, à l’heure où le Président de la République ne parle que d’Europe, je m’attendais à un livre nouveau, même si le drapeau allemand ne s’est pas baissé, traditionnellement, devant le chef de l’Etat français le jour du 14 juillet.

 

Par François CHARLES

Economiste, conseil en stratégie et management, ancien responsable d’affaires industrielles Europe et Asie à la DGA, DESS Défense, Président de l’IRCE.

 

retrouvez cet article sur le Cercle Les Echos


V : L’engagement de la France dans l’Alliance atlantique et dans l’UE. « Non au replis sur soi pour nos seuls intérêts vitaux, non à la sécurité déléguée à l’OTAN, non à la défense européenne intégrée ». Au moins c’est dit clairement. Mais avec peut-être trop de force et sans méthode apparente de pensée raisonnée. Le livre blanc ne fait apparaitre l’OTAN que politico-militaire alors qu’elle est également économique avec des  montants financés par les membres pour l’acquisition et la maintenance, voire qu’elle est diplomatique quand sa force elle-même peut dissuader. Tout le monde reconnait par contre que l’OTAN sert à « développer en temps de paix des procédures et des standards communs ». Mais cet aspect est essentiel pour l’interopérabilité des forces et cette normalisation est une arme commerciale dont nous aussi pouvons profiter face désormais à la Chine ; la Corée et le Japon étant déjà aux normes étasuniennes. L’Union Européenne (UE) y apparait  commerciale, économique et diplomatique. Là il s’agit sans doute d’un souhait car beaucoup de monde en France  attend cette affirmation diplomatique.

 

Il est fait état de  défense intelligente, « smart defence », par optimisation des dépenses militaires alliées par le biais de mutualisation, d’acquisitions internationales et par le financement en commun de capacités alliées. On ne parle évidemment pas de l’effet fédérateur négatif  du F-35 pour ne pas heurter nos alliés mais cet exemple devrait vraiment être traité avec courage entre européens, ce qui n’est pas encore le cas. « L’OTAN et l’UE ne sont pas concurrentes ». Elles sont donc complémentaires  mais je ne vois ni ne lis les différences. Je ne lis pas non plus qu’il faut savoir profiter de l’OTAN comme d’un effet de levier pour valoriser la coopération européenne et investir en Europe avec l’aide notamment des Etats-Unis et du Canada. Nous sommes finalement peu à avoir voulu et compris l’intégration globale car peu ont vu, surtout des militaires, comment nous pouvions manœuvrer en faveur de l’Europe comme nous avons réussi à le faire pour l’ACCS. « La France dans l’UE » rappelle qu’il faut faire face ensemble et que « la construction européenne en matière de défense est une priorité » (…) mais sans donner la clé qui est de travailler sur des documents uniques mais en communiquant ensuite avec l’identité de chaque nation. Oui, il faut donc faire un livre blanc de l’UE, et oui, la PESC doit être un instrument et non une fin en soi. Oui, l’analyse des risques et des menaces et les conjonctions d’expériences d’actions extérieures doivent être partagées mais il n’est pas fait état de la méthode individuelle et collective. Oui il faut une augmentation de la capacité d’action extérieure mais sans vraie segmentation au-delà de l’accord naval franco-britannique, la notion de défense restera de permanence ou de circonstance. Il fallait bien un paragraphe sur l’OCCAR (organisation conjointe en matière d’armement qui gère les programmes généralement trop franco-ci, franco-ça), sur la consolidation de la Base Industrielle Technologique de Défense (BITD), sur l’Agence Européenne de Défense, et sur la stratégie intégrée. Mais si le fait d’en parler ne résout rien, cela réaffirme certes une notion de politique industrielle parfois abandonnée puis remise en avant mais sans parler d’Europe intégrée ni d’en donner les clés. Nous y reviendrons plus tard.

 

VI – la mise en œuvre de la stratégie

 

Le livre blanc de 1972 parlait de dissuasion, celui de 1994 de l’armée de métier, celui de 2008 de l’extension stratégique de sécurité nationale et enfin celui de 2013 réaffirme la connaissance et l’anticipation, la dissuasion, la protection, la prévention et l’intervention notamment à travers le renseignement d’origines multiples, à savoir humaine, électronique et informatique. L’aire toute puissante des drones est arrivée pour l’organisation du renseignement. Mais les avions et les navires sont encore là pour emporter les missiles nucléaires en espérant un désarmement total et son contrôle. On y parle rapidement des problèmes d’eau en Afrique mais n’oublions pas non plus qu’elle est une source de tension réelle à nos portes entre notamment la Turquie et ses voisins arabes. Il est enfin réaffirmé que la France doit et veut se doter des capacités à s’engager dans les zones prioritaires définies que sont la Méditerranée, l’Afrique, le golfe arabo-persique et l’océan indien pour des interventions « seul ou avec alliés » dans tous les domaines ainsi qu’en gestion de crise  civile et militaire. J’y rajouterais « dans les limites de certaines réalités et désormais d’options réalistes et réalisables » pour contraster avec notre ancienne politique d’indépendance et du coûte que coûte qui est par ailleurs toujours développée au Japon qui se « réveille » peu à peu militairement.

 

VII – les moyens de la stratégie

 

La période 2014 – 2025 se verra allouer 364 Md€ dont 179 pour la loi de programmation militaire 2014 – 2019 qui n’est pas encore sortie et qui empêche certains responsables de la DGA d’intervenir en colloques. Comme je l’écrivais dans un précédent article, il s’agit d’un budget de sagesse qui de toute façon servira comme toujours de variable d’ajustement. Je pense que le salut de consolidation pourra en partie venir de l’Europe avec la création d’une direction générale avec un budget dédié par règlement au-delà d’un service extérieur relié à la DG Relex. La position française revient au premier plan quand on lit qu’il faut « pouvoir entrer les premiers sur un théâtre d’opération ». On parle désormais DU porte-avions, mais sans rappeler que nous ne pouvons plus nous payer un second assurant la continuité du premier et des missions quand il est en entretien de longue durée. Nous devons donc espérer qu’il fera bon ménage dans une  force intégrée franco-britannique des deux grandes nations navales européennes où s’affrontent cependant historiquement deux logiques d’interventions différentes. Il est fait état de la rédaction annoncée du format des forces mais sans aucune piste sur l’imbrication qualitative européenne alors que le début de l’ouvrage parle d’ouverture vers la segmentation. La France veut donc une intégration mais ne parle que d’elle, ce qui ne reflète pas le discours politique européen. Le sujet A400M qui n’a toujours pas été vraiment résolu de façon satisfaisante dans sa globalité est LE vrai sujet fédérateur européen du moment. Il semble pourtant être mis sous silence, comme s’il était réglé, notamment sur la maintenance qui doit rester l’élément clé pour une vraie approche européenne afin de ne pas revivre les dérives du TRANSALL. Par contre, la dimension européenne et de sécurité nationale est bien affirmée pour lutter contre le terrorisme, pour la gestion de crise, la continuité d’activité (incluse théoriquement dans la gestion de crise…), la vigilance  NRBC et la cyber-sécurité en activant la réserve citoyenne mais sans mettre en avant l’académie de gendarmerie européenne. Enfin, on aborde le domaine des satellites avec Galiléo, vrai autre projet européen qui devrait davantage être mis en porte étendard pour rappeler que la coopération européenne est possible et nécessaire.

A Suivre : partie VIII sur l’industrie de défense et de sécurité


Lire la suite

après le système SPF, le système PPJ en Cote d'Or ?

16 Juillet 2013 , Rédigé par francoischarles Publié dans #territoires de Cote d'or

 

nous verrons, en fonction des résultats des élections, si certaines actions melant le Pouvoir, la Justice et la Presse seront menées ensuite à leur terme

 

car comme dirait M. Poujadas, vous savez bien que le secret de l'instruction n'est pas gardé

Lire la suite

Montbard : avez vous votre autorisation de circuler ?

15 Juillet 2013 , Rédigé par francoischarles Publié dans #territoires de Cote d'or

 

Alors que je circulais paisiblement dans Montbard à bord de ma Volvo "qui se remarque", une élue pourtant honorable quand elle est bien conseillée et accompagnée a eu un regard "très" attentif et insistant pour mon véhicule qu'elle connait très bien (...) et qu'elle s'amuse parfois d'ailleurs à poursuivre sur les route de Cote d'Or pour me dire de "rentrer chez moi"

 

      étonnant non ?

 

 

 

 

Lire la suite

Un livre blanc sur la défense de consolidation et de contradiction (1)

14 Juillet 2013 , Rédigé par francoischarles Publié dans #défense

 Le livre blanc sur la défense est sorti. Au lendemain d’un séminaire européen de haut niveau où j’ai entendu des militaires européens demander des directives politiques, à l’heure où le Président de la République ne parle que d’Europe, je m’attendais à un livre nouveau. Cinq ans après le dernier livre blanc, certains y trouveront certes une dimension stratégique à 15 ans qui consolide les aspects de « sécurité », passant parfois outre certaines réalités particulières de la défense. J’y ai trouvé certains souhaits et des contradictions du fait de la façon cloisonnée dont est écrit ce livre pour lequel j’ai contribué auparavant. Je n’y ai pas trouvé la phrase qui dit que la France sera aussi ou plus forte si l’Europe est plus forte. Je me demande aussi parfois si le LB est un document de « politique  générale » ou s’il reflète les états d’âmes et s’il ne pourrait pas enfin bénéficier de certaines méthodes de réflexion stratégiques et opérationnelles, très peu connues et utilisées en haut lieu.

 

 

Par François CHARLES

Economiste, conseil en stratégie et management, ancien responsable d’affaires industrielles Europe et Asie à la DGA, DESS Défense, Président de l’IRCE.

 

Ce livre blanc, qui réaffirme certaines positions, est raisonnable sur les moyens en réorientant sur l’essentiel, prend peu position sur l’industrie, sur les meilleures coopérations, sur une certaine façon de tirer profit de l’OTAN, ou comment mieux construire avec les autres. Les études et événements de l’IRCE et d’autres ONG tenteront donc d’y répondre. Pourtant cela commençait bien… « Ecrit avec un Allemand et un Britannique (...) cette ouverture a un sens ». Il est de plus fait état du constat de la réorientation étasunienne sur l’Asie avec  une certaine demande aux Européens de se prendre en charge, de la nécessaire « capacité d’initiative et d’entraînement » française pour répondre au besoin collectif, et de la nécessité de rendre possible une « mobilisation et une coordination des ressources ». C’était sans compter hélas sur la sempiternelle façon de voir l’Europe uniquement par une vision d’ailleurs partielle de son moteur qui n’est rien sans le véhicule,  et inversement.

 

I - La France dans le nouveau paysage stratégique. « La France reste dans le groupe des cinq ». Mais je rajouterais une interrogation quant à la prise de conscience, parfois, que nous sommes forts sur la scène internationale et européenne même face aux Britanniques et leur logique différente de défense maritime et face aux Allemands qui ont inclus la notion d’Europe dans leur constitution. Mais cette prise de conscience doit nous dire aussi que nous ne sommes qu’une partie du moteur, qu’il en manque peut-être certaines pièces essentielles et doit nous donner des cartes de négociations plutôt qu’une légitimité à faire seuls.

 

II – Les fondements de la stratégie de défense et de sécurité nationale. On y parle de « souveraineté » et de moyens d’influencer, de « capacités » permettant également de s’engager dans des politiques de dépendance mutuelle avec ses partenaires de l’Union Européenne ». Mais ensuite apparaissent des mots en trop, qui montrent une volonté d’Europe mais en pensant surtout à soi. On parle bien entendu d’intérêts vitaux sans les définir pour mieux les adapter aux circonstances. Je vois bien là certains propos non raisonnés de souveraineté également « globale ». La phrase magique apparait enfin mais bien tardivement alors qu’elle aurait du figurer en tète pour ouvrir le débat : « La France est prête à une plus grande spécialisation des nations européennes fondée sur la reconnaissance des pôles d’excellence ». Elle se referme ensuite bien vite pour « assurer la légitimité de nos actions » avec des « relations régies par le droit ».

 

III -  L’Etat du monde. Trois grands facteurs dimensionnant apparaissent pour l’Europe et la France notamment pour ses missions dans l’océan indien et pacifique : la Chine, les révolutions arabes et l’évolution stratégique étasunienne qui conserve le premier budget militaire avec 41% des dépenses mondiales en 2012. Ne pourrait-on pas demander finalement ce qu’en pense l’Europe pour une présence dans ces régions au-delà d’une simple voix forte qui n’existe d’ailleurs pas ? Il est fait état de « la crise de l’euro né dans le prolongement de la crise financière » alors que notre monnaie n’a jamais été en crise et nous a au contraire protégés contre les spéculations. « L’Europe n’est pas prête à prendre le relais » mais nous posons-nous les bonnes questions et savons nous suffisamment tirer profit de l’incubateur qu’est l’OTAN ? Nous cherchons un juste équilibre entre la prise de conscience des menaces et les sentiments nationaux en cas de problème de croissance et de situation économique défavorable. Il est intéressant de lire qu’an Asie, les budgets de défense additionnés de la Chine, de la Corée du sud, de l’Inde et du Japon, sont supérieurs au budget de l’Union et que les différends territoriaux peuvent rouvrir les plaises non cicatrisées. Mais il serait peut être intéressant de s’en servir pour resserrer nos rangs au-delà d’un simple constat. Le passage sur la Russie oublie ses origines. Il manque d’une façon générale, une vraie application de la théorie des organisations. Si les menaces chimiques inquiètent toujours depuis 1916 et si les menaces informatiques et le cyberterrerisme peuvent aussi bien rassembler que diviser, le risque biologique sécuritaire est presque oublié, pourtant accru par la mondialisation. Cette photo du monde parle certes du changement climatique qui ouvre la route glacière Nord mais n’aborde pas le nucléaire civil, et surtout les volontés d’indépendance énergétiques, des risques liés à l’eau et au pétrole et oublie donc la segmentation européenne. Mais la souhaite-t-on vraiment ?

 

IV – Priorités stratégiques. Elles sont traditionnelles : « protéger le territoire national et nos ressortissants » mais sans parler de défense civile ni économique, « garantir la sécurité en Europe et l’espace nord atlantique », « stabiliser les approches de l’Europe ». Mais également… « Stabilité de l’Orient et du golfe persique » avec enfin un regard sur le pétrole, « politique de voisinage » notamment avec la Russie et le pourtour méditerranéen. Mais Cette fois-ci le Pacifique est oublié. Allez savoir. On y parle aussi d’architecture de sécurité collective. Un autre aspect valorisant la sécurité pour la paix dans le monde est de mentionner Atalante, la première opération navale d’ampleur de l’UE contre la piraterie, un clin d’œil pour l’approche globale défense et sécurité militaire et civile, sur laquelle tout le monde n’est pas d’accord au sein du ministère (…) et la logique britannique de protection des convois. « L’ouverture du conseil de sécurité à de nouveaux membres  dont l’Inde » est intéressante mais sans donner de critères d’intégration pourtant essentiels, comme nous en avons pour l’UE. Le fait d’envoyer une fusée et d’acheter des avions de chasse n’est certainement pas suffisant. Il n’est pas beaucoup fait état de l’Afrique, soit pour faire oublier cette toute puissance ou cette légitimité que nous avons, soit pour ne pas savoir assumer la représentativité de l’Europe, qui fut néanmoins présente au Mali, alors que nous scandons que nous sommes forts ? Peut-être que la menace n’était pas devenue suffisamment  importante au regard des autres pays ? Ou alors, prenons-nous seulement conscience que l’Afrique était autrefois essentiellement colonisée par deux grandes nations et que la communauté malienne est la plus grande en France ? Ou enfin,…faut-il remercier les Chinois de nous avoir laissé faire à l’ONU pour protéger en fait leurs intérêts économiques croissants en Afrique ? Je préfère dire que l’Europe y est allée d’elle-même et me souvenir de ce Malien, me croisant dans une grande entreprise audiovisuelle, et remerciant chaleureusement l’UE pour son intervention en voyant l’insigne étoilé de ... l’IRCE.

 

 

Lire la suite prochainement

Lire la suite

14 juillet... la fete.. "mais pas que..."

10 Juillet 2013 , Rédigé par francoischarles

 

depuis deux ans, les 14 juillet sont aussi pour moi et sans doute aussi pour d'autres (...) un anniversaire particulier

 

à la foi une fete, un bal et des feux d'artifices mais aussi un déchainement à la foi d'amour, de haine, de violence et de fuite comme je n'en n'avais encore jamais vu  ... 

 

 

une certaine prise de la bastille en somme ...

Lire la suite

municipales 2014 : rencontre avec madame le Maire de Montbard

8 Juillet 2013 , Rédigé par francoischarles Publié dans #territoires de Cote d'or

 

cet article fait partie des meilleures lectures mensuelles

 

AVERTISSEMENT : CET ARTICLE N 'EST PAS PUBLIE EN FAVEUR D'UNE LISTE CONTRE UNE AUTRE

 

Dans la tradition républicaine où les responsables exécutifs reçoivent les principaux responsables politiques et certaines personnalités locales et autres professionnels du monde économique et social, madame Christelle SYLVESTRE, maire de Montbard, m'a proposé de lui faire partager "ma vision pour Montbard" dans l'optique des prochaines municipales

 

 

Ce long entretien, préparé avec la bienveillance de Daubenton... (à qui j'ai laissé un message) et après un salut courtois avec Laurence PORTE, s'est avéré davantage partagé sur la vision que sur les moyens et la manière d'atteindre les objectifs, l'essentiel étant de rester constructif. 

 

Je vous livre une nouvelle fois ce texte, comme composante du tome 2 de mon "programme social, écologique et semi libéral" (lire social et écologique comme responsables et inclus dans tout développement de croissance sur la technologie, les idées, les hommes et les infrastructures - voir HORIZON 2020) 

 

mairie de Montbard IMG-20130708-02054.jpg 

 

 

Villes & Ruralité

 

Nos villes et nos campagnes doivent vivre ensemble dans un équilibre à préserver. Je ne reviendrai pas sur l’appel de Dijon d’un élu de Cote d’Or contrant la réforme administrative et comptable en se basant sur une exception territoriale qu’est celle de haute Cote d’Or, même s’il faut la défendre mais dans une conception aménagée. Il aurait sans doute pu chercher les solutions pour peupler les territoires plutôt que de chercher à conserver quelques postes. Etant donné que les villes virent au rose et les campagnes au bleu marine, il n’y a pas de territoires à reconquérir sauf à considérer que le bleu n’est pas de droite. Il aurait pu trouver les causes de cette coloration qui sont sans doute le fruit d’une part du développement de certaines considérations sociales, et d’autre part d’une volonté de conserver et préserver certaines valeurs.

Je vais me permettre de m’inspirer d’une étude de la DATAR pour structurer l’état des lieux de nos territoires, certains constats et certaines réalités tout en m’attachant à certaines focalisations.

Il y a tout d’abord les campagnes dans les villes, nouvelle forme du monde rural à deux faces concernant 240 cantons où il faut veiller à la concurrence entre le résidentiel et le productif. D’une part un rural périurbain à fonction résidentielle dominante sur le pourtour immédiat, avec une densité de 195 hab / km², avec peu d’utilisation de la voiture (4%) et avec des personnes travaillant en dehors du canton. D’autre part un espace rural dense mixe résidentiel et productif nouveau avec une densité de 66 hab / km² sur les couronnes ou en quasi petites villes, plus agricoles que les premières. En Cote d’Or on pense aux environs de Dijon et de Beaune.

On trouve ensuite les campagnes les plus fragiles désormais vieillissantes et que l’on quitte. Elles enregistrent un recul économique et démographique qui représentent environ 800 cantons, à faible densité, à mono-activité et  où il convient de trouver des alternatives. Il s’agit de territoires vieillis à dominante agricole ou d’espaces ruraux ouvriers traditionnels au tissu industriel en déclin, où l’on trouve 2 actifs sur 5 dans l’industrie, des ouvriers, un chômage élevé à 14% et une précarisation. En Cote d’Or on pense au Chatillonnais et au Morvan.

On trouve enfin les nouvelles campagnes « multifonctionnelles », les territoires ruraux aux fonctions de production diversifiées avec une fonction résidentielle mais moins marquées possédant des activités de loisir. On les situe dans 300 cantons qui deviendront 900 cantons vers 2020. Il s’agit d’un environnement rural à attractivité touristique et entrepreneuriale, avec une vraie économie et avec des espaces en transition, surtout autour des petites villes. En Cote d’Or on pense à Auxonne.

Montbard, quant à elle, semble être une exception, voire une anomalie territoriale, comme j’y reviendrai par la suite.

On constate souvent une accumulation de générations successives, ainsi que des dispositifs d’actions, plus qu’une politique générale cohérente et globale s’inscrivant dans l’espace. Nous devons prendre garde aux effets d’un scénario au fil de l’eau du « rural sous dominance urbaine ». Le risque est grand et pourtant les méthodes sont là pour nous y soustraire. On peut comprendre les propositions de représentation d’élus en fonction du nombre d’habitants mais c’est aussi négliger parfois les campagnes au profit des villes. Les effets de la politique rurale sur les conditions de vie apparaissent mitigés. On découvre un intérêt pour les composantes agricoles, les équipements et les infrastructures sauf dans les communications. Le bilan est réservé pour les services publics.

S’agissant des effets de la politique rurale sur les activités productives et sur l’emploi, on constate que la main d’œuvre rurale est trop peu de prise en compte dans la formation professionnelle, qu’il y a peu de résultat dans la  reprise et la cession d’entreprises, mais avec certaines réalités culturelles ou locales qui ne les facilitent pas, et qu’il existe une difficulté de transport des stagiaires dont il faut absolument remédier.

S’agissant des effets sur la gestion des ressources locales. Le bilan n’est pas meilleur. On constate davantage de renforcement que de diversification, mais avec des filières localisées et de proximité assurant la promotion de produits locaux, avec une petite hôtellerie et un tourisme social souvent délaissés. N’oublions pas que l’hôtellerie de luxe peut apporter une réelle force motrice.

S’agissant enfin des effets sur la structuration des territoires, le constat est plutôt satisfaisant sur l’organisation et l’augmentation de la coopération intercommunale mais avec souvent des villages qui luttent contre les villes dans les communautés de communes.

Le rural sous dominante urbaine n’est pas une solution face au désir de campagne. Les campagnes résidentielles ne sont pas forcément non plus un modèle de développement durable. 27% des urbains veulent habiter à la campagne et 97% des néo ruraux veulent une augmentation de la qualité de vie, une maison individuelle, retrouver des racines familiales et fuir les nuisances urbaines (sans forcément les transposer à la campagne). Les urbains pauvres sont cantonnés dans des lieux particuliers et il existe une augmentation des conflits entre résidents, industriels et agriculteurs. Nous devons porter attention à la marginalisation des territoires les plus fragiles ainsi qu’à l’inégalité et à l’augmentation de la fracture sociale. Mais comme je le soulignais plus avant, nous ne devons pas non plus en faire un poids mais trouver les solutions qui les fassent se repeupler. Le « tout mobilité » peut être une solution si analysé sur toute la chaine de valeurs avec notamment de nouvelles solutions de services.

Certaines orientations sont réalistes et réalisables. Nous devons rénover et renforcer les dispositifs d’intervention dans les campagnes les plus fragiles, gagner la bataille des nouvelles technologies qui freine la vitalité rurale, achever l’accès aux grandes infrastructures, augmenter l’accueil des non actifs, répondre aux besoins en services liés et au renouvellement de la population, appuyers les projets de territoire avec les « pays ». Nous devons anticiper les changements environnementaux et promouvoir les logiques territoriales. Nous devons résorber la fracture rurale par le maintien de l’agriculture, la modernisation et la conversion industrielle ainsi que le renforcement des petites villes avec une veille sur l’emploi. Nous devons miser sur une économie résidentielle maitrisée avec l’arrivée de nouveaux habitants au pouvoir d’achat plus élevé que la moyenne et demandeurs de services mais en réelle interdépendance avec les habitants historiques. Nous devons rendre les campagnes plus attractives par la qualité des paysages et des services ainsi que repenser le rapport villes / campagnes avec une coordination. Les Pays Bas ont arrêté les mégalopoles en mettant en place des « green Hart » avec une agriculture combinée, des loisirs et des zones résidentielles développées conjointement par une politique de concertation urbaine et le maintien d’une ceinture verte. Nous devons accroitre les secteurs productifs et augmenter l’économie diversifiée avec des labels de terroirs. Au-delà des luttes de chapelles, nous pouvons mutualiser les compétences administratives, techniques, juridiques entre communes, développer les foires locales avec leurs produits et savoir faire locaux, optimiser les retours d’expériences. Nous ne devons pas opposer les campagnes aux villes en ruralité mais identifier la force motrice tirée par la ville avec le soutien des villages et les synergies complémentaires réparties dans chaque canton et arrondissement de département.

Nous devons identifier la cohérence de développement entre grandes et petites villes et de leurs territoires dans chaque département et inter-département, ainsi qu’établir des liens entre territoires européens qui se ressemblent. Nous pouvons stabiliser les « campagnes des villes » à caractère rural périurbain à fonction résidentielles dominante ou mix résidentiel et productif et les nouvelles campagnes « multifonctionnelles » à fonction productives diversifiées, fonction résidentielle et d’activité de loisirs. Nous pouvons amener des pôles d’excellence rurale dans les campagnes dites « fragiles » à faible densité avec recul économique et démographique. Nous pouvons prendre des mesures « sortant de l’ordinaire » dans une dynamique moyen et haut de gamme, notamment dans les commerces et l’hôtellerie, créatrice de valeur dans les petites villes rurales. Il serait opportun de développer une banque de financement pour la vitalité rurale incluant la DATAR.

S’agissant des villes, j’ai vécu à l’étranger et j’ai suffisamment voyagé pour voir si une ville respire ou non, tout en la replaçant dans ses réalités mais qui peuvent aussi changer si elles sont contrôlables. J’ai longtemps vécu aux abords de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise, une ville à la campagne proche de Paris et créée au milieu des champs. J’ai pu analyser son développement fulgurant autour des villages voisins multipliant leur population par 10 en 10 ans avec ses risques, notamment sur les commerces dont j’ai déjà parlé, son renouvellement pas toujours heureux, ses migrations de population vers le Vexin et sa renaissance. Nous avons un autre exemple au Val de Reuil. Je suis favorable à de nouvelles expériences qui puissent tenir compte et tirer expérience de ces évolutions. Nous pouvons désormais franchir les réalités des frontières administratives pour voir également ces réalités autrement. Les villes sont des forces motrices pour le rayonnement, pour l’attraction, pour l’identité à travers l’Europe. A Paris ou à Bruxelles, on me demandera moins où se trouve Dijon ou Beaune que Montbard, ou Auxonne, ce qui n’est plus le cas en Cote d’Or où les lunettes sont alors différentes. Ces réalités doivent nous faire mieux travailler ensemble. En dehors de Dijon et de Beaune, la Cote d’Or vit essentiellement dans la ruralité incluant quelques petites villes d’environ 5000 habitants.

Comme je l’ai déjà écrit dans un article de presse, je félicite la réalisation du tram de Dijon, qui donne à notre capitale bourguignonne une vitalité nouvelle, complétant celle des lieux de vie se développant vraiment depuis plus de 5 ans. Mais il manque les parkings périphériques nécessaires aux non résidents, comme nous le voyons pourtant dans de nombreuses villes de référence. Il s’agit peut-être de les faire venir essentiellement en train, ce que je conçois mais il convient alors de communiquer davantage. On peut aussi se demander pourquoi ce moyen de transport, arrêté pendant 50 ans, ne dessert-il pas les quartiers populaires. Enfin, je suis plutôt favorable à une nouvelle gare TGV en périphérie, voire en ruralité proche et facile d’accès pour les non résidents plutôt qu’à Porte neuve.

Je ne dirai rien sur Beaune, ancienne capitale historique de Bourgogne, car je n’y trouve rien à dire. C’est un modèle de qualité de vie, aidée certes par son environnement naturel mais par certainement une intelligence de développement. Tout en considérant certaines réalités, elle peut néanmoins donner exemple aux petites villes demandeuses d’idées.

J’aimerais revoir le marché aux asperges d’Auxonne mais nos maraichages ne sont plus les mêmes. Notre ville impériale, appréciée des touristes, notamment fluviaux, comme des ménages travaillant jusqu’à Dijon, mérite d’être connue mais également encouragée dans son  développement. Son futur grand centre commercial, avec ses avantages et ses inconvénients passagers, lui donnera une nouvelle dimension ainsi que la très belle idée du futur éco parc agro-industriel s’il voit le jour.

Enfin, la haute cote d’or est une exception qui mérite une attention particulière. La sous-préfecture de Montbard et sa région, avec ses villes attenantes de Semur en Auxois et Chatillon, véritable porte d’entrée Nord sur la Cote d’Or, nécessite un vrai exercice de marketing territorial au delà du réaménagement de la ville. Montbard est une vraie anomalie car non vraiment identifiable dans les trois modèles de ruralité cités plus avant comme si elle n’exploitait pas certaines forces naturelles et comme si ce modèle fonctionnerait de façon durable, ce qui ne peut être le cas.

Montbard était pour moi auparavant un arrêt de train ennuyeux sur la ligne Dijon – Paris avant de retourner l’analyse et voir que c’était en fait le début ou même la fin de la ligne TGV. A l’image de ce skipper qui était en tête du Vendée globe et qui a choisi de ne pas rentrer, appréciant trop la mer, et à celle d’un puzzle d’intelligence économique qui produit enfin une image, ainsi après avoir côtoyé ses industries et sa population lors des cantonales puis ensuite de façon régulière et notamment pour mon projet hôtelier et désormais pour des activités européennes, je me suis désormais attaché à cette ville et de cette région aux multiples facettes qui procurent un genre de joyau quand on sait les assembler. Je dirais que Montbard a une âme historique alliant noblesse et travail qu’elle n’ose pas revendiquer ni afficher, de peur de je ne sais quels démons. Prenant enfin l’image du Seigneur des anneaux, on peut aussi se demander si certains projets de voient pas le jour de peur qu’on leur vole leur précieux.

Grace à son industrie, et son besoin de main d’œuvre, Montbard semble à l’abri et insouciante, telle la vache à lait de la matrice BCG, n’ayant plus besoin d’investissements. Les actions de la chambre de commerce et du pôle nucléaire sont à bonifier mais ne doivent pas freiner d’autres initiatives ni ignorer certains chiffres. Mais quand j’entends qu’une stratégie de ressource humaine est revue tous les ans pour la Metal Valley, qui regroupe les entreprises industrielles locales, je m’interroge. Mais il existe d’autres industries en dehors de la Metal Valley à Montbard. Nous pouvons par ailleurs développer un nouveau pole d’excellence rurale industriel et une identité «administrative » pour les entreprises comme j’en parlerai plus loin. La population de la ville de Montbard crut régulièrement de 1901 à 1982 pour atteindre 7707 personnes sans doute grâce à l’industrie locale florissante puis fut en baisse constante pour atteindre 5527 personnes en 2009 peut-être pour les raisons inverses. Dans le même temps, celle d’Auxonne était de 6135 en 1901 ramenée à 4304 en 1921 pour revenir à 7121 en 1982, légèrement fléchir puis repartir vers 7726 en 2009. Les populations cantonales suivent les mêmes constats avec un pic pour Montbard en 1982 à 13 168 pour baisser en 12009 à 10909 quand celui d’Auxonne n’arrête pas de croitre pour atteindre 14 631 en 2009. Et pourtant, selon les chiffres INSEE, les revenus par foyer sont quasiment identiques. Auxonne possède davantage de logements pour une superficie moitié moindre, le nombre d’employés y est quasi identique avec un peu plus de demandeurs d’emploi mais dispose d’un secteur industriel et agricole légèrement plus présent à Montbard.

Une analyse rapide montre que face aux contraintes et attentes de l’environnement des affaires, du monde du travail et des attentes sociales, les forces de la ville et de sa proche région résident à la fois dans le domaine de l’industrie, de l’agriculture, de la culture, de la richesse de son patrimoine, des activités sportives et de plein air, mais aussi dans un vecteur TGV inexploité à 1h de Paris, 1h20 de Roissy CDG et 2h de Lille. Elle dispose enfin, depuis une période récente, de nouvelles grandes surfaces commerciales bien placées et de zones d’habitation bien disposées notamment sur un plateau au calme et surplombant la ville où vient de se rapprocher la gendarmerie. Elle a le statut de sous-préfecture avec un tribunal. Nous pourrions aussi prendre l’image du Nord de la Cote d’or identique au nord de la France où on y vient difficilement mais où l’on a du mal à repartir, sauf que l’on y vient presque plus facilement de Paris, qui est au nord, par son TGV, que de Dijon à laquelle elle est rattachée. Mais ces constats ne servent à rien si Montbard ne fait que regarder passer les trains ou se contente des acquis heureusement négociés notamment par le Conseil Général. Il en est de même pour la vitalité de notre ruralité. C’est en montrant la force et le dynamisme du territoire à la SNCF et RFF que ces entreprises d’ingénierie et de transport auront envie d’y porter un regard différent et bienveillant et non l’inverse. Ne perdons pas enfin de vue la Ligne à Grande Vitesse permettant de rapprocher l’Ile-de-France de la Bourgogne, la Franche-Comté et l’Alsace, l’Allemagne et la Suisse et qui ouvrira de nouvelles relations rapides avec Lyon.

Ses faiblesses sont essentiellement liées à une trop grande dépendance de l’industrie locale alors que des directeurs d’usine n’habitent pas Montbard, un manque de commerces de qualité, de pole tertiaire d’affaires, de couverture et de pole numérique SATI 21, de zone événementielle d’affaires et culturelle attrayante, de moyens de transport permanents, de taxis (j’ai du emmener des Japonais à Fontenay mas j’aime encore toujours parler japonais !). On peut aussi remarquer la relative fragilité de son pole médical qui peut être résolue grâce au nouveau bâtiment de la mutualité française. Une des faiblesses est aussi une communication de développement liée et habituée au seul souci de fonctionnement et non de développement. On parle des difficultés à attirer des médecins en campagne mais il en est presque de même pour Montbard. Une faiblesse est également sans doute liée à un manque de dialogue intercommunal, une opposition politique systématique et pas forcément dans le sens que l’on croit. Par ailleurs, vu l’état des routes et le manque de point relais internet, nous avons l’impression que la ville et le canton sont oubliés par le conseil général en attendant qu’elle tombe comme un fruit mûr lors des élections, certes perdues de 8 voix avec un recours qui a fait « pchitt ». C’est une campagne désormais vieillissante que l’on quitte mais cela semble incohérent avec la présence d’une gare TGV alors que la majorité des gares a vu un développement s’opérer. A se demander si seul le pouvoir politique maintient ce fil pour les élus se rendant à Paris avec les mêmes constats qu’auparavant. A 1h de Paris on y trouve qu’une cinquantaine d’abonnés, ce qui pose un problème quand voit qu’il y a plus de voyageurs résidents à Dijon à 1h40. Les trains sont peut être bondés de par leurs nouvelles destinations mais pourraient l’être avec à l’origine, des abonnés montbardois. Par ailleurs, les usines réclament des travailleurs qualifiés et des ingénieurs, sans chercher vraiment de solutions, ce qui risque de les fragiliser. On peut lire dans le bulletin d’information municipal que le siège social d’une entreprise s’est annoncé sur Montbard car son directeur habite un village près de Montbard et non parce la société a trouvé un lieu proche de Paris. Cette dynamique doit être inversée.

La devise de Montbard pourrait être « authentique et active » mais elle se voit comme une belle oubliée ou endormie alors qu’on la voit comme « la cité industrielle nucléaire» mais également comme « le Fontainebleau de Cote d’or ». Il faut sortir Montbard et sa campagne de la zone rouge avec de vraies forces motrices nouvelles dans le cadre de son développement. Il existe une façon différente de regarder cette ville et sa région pour lui donner une autre dimension, si elle le souhaite. Alors qu’Auxonne se tourne vers Dijon et Dole, elle ne doit pas avoir peur de s’afficher comme une étape française, européenne et internationale. Les idées n’ont pas manqué de me parvenir quand j’ai dévoilé mon projet d’hôtel. Montbard a un autre visage caché qui ne demande qu’à renaitre. La ville, historiquement industrielle, d’ailleurs depuis Buffon et son modèle de proximité et qui a attiré ensuite une des premières lignes de TGV, ne doit plus se reposer que sur l’industrie. Egalement assez tournée vers le tourisme, elle doit désormais attirer les services et les sièges administratifs en leur montrant ses points forts « à une heure de Paris » et en allant les trouver en dehors du territoire et surtout en inversant sa façon de faire. Une vraie approche commerciale et de promotion extérieure de la ville doit être faite partout en France et en Europe, de façon aussi active que sait l’être l’office de tourisme, avec des campagnes publicitaires pour vanter le territoire et attirer sans attendre que les entreprises ou d’autres projets le fassent pour elle. Un département en mairie ou une agence de développement économique spécifique peuvent être mise en place avec un véritable ambassadeur et personnes dédiées en relation avec d’autres agences de développement.

Les projets d’aménagement du centre ville donneront certainement une autre image citadine, politique de fonctionnement, mais une autre vision de développement alliant culture, industrie, services, histoire, activités sur une identité moyen haut de gamme peut éclore et être partagée pour attirer les entreprises, les investisseurs et les résidents en passant outre aussi les freins et les susceptibilités locales. Il faut arrêter de regarder si les projets conviendront uniquement aux résidents présents. Il fat donner envoie d’habiter et de vivre à Montbard en construisant des bâtiments récents, sobres, harmonieux et attractifs ou en étudiant certaines rénovations de maisons de caractère pouvant recevoir des sièges administratifs de sociétés, des entreprises de service et des bureaux. Des réunions et séminaires d’entreprises peuvent avoir lieu en une ou plusieurs journées sans venir à Dijon (1h40…) dans des lieux adaptés, comme inclus dans le projet d’hôtellerie. L’objectif est aussi et surtout d’attirer des populations et des visiteurs de façon durable. Une vraie action européenne collective entre les entreprises et les collectivités doit être lancée pour attirer les ressources en personnel dont nous avons besoin en complément des formations lancées. Comme demandé dans le projet hôtelier depuis longtemps, et depuis repris par les collectivités (…), nous pouvons faciliter la réhabilitation des anciennes maisons pour les besoins industriels et pour conserver le charme des villages avec analyses de garantie de loyer ou de nouveaux résidents travaillant à Paris.

J’ai été sensible également à toutes celles et ceux qui sont venus spontanément vers moi pour me parler de projets et échanger des idées. Il est possible de construire un palais des expositions en partenariat public privé avec notamment le soutien des villes de Chatillon et Semur pour relancer la foire et accueillir d’autres événements, notamment d’entreprises.

S’agissant du TGV, autant il semble facile de rajouter des trains à la demande pour une occasion particulière, autant il est fâcheux de voir la suppression de certains horaires comme celui de 20h28 le vendredi soir, qui est important pour de nombreux clients venant en weekend. Il est également nécessaire de permettre un arrêt en soirée pour la réussite des séminaires, ce qui pourra également profiter aux usagers réguliers. Venir tôt le matin de Paris est réalisable  mais il faut également en partir tôt… sauf bien entendu à y rester. Aussi il convient donc  d’être dès à présent très vigilent sur les nouveaux horaires LGV afin de positionner Montbard et toute la haute Côte d’Or à sa juste valeur.

La coupure verte qui sépare Dijon de l’Auxois peut être préservée et valorisée sans être forcément aménagée. Une coupure doit par contre être préservée autour de Montbard et un lien doit être renforcé avec Chatillon par la création d’une zone d’excellence rurale industrielle, comme à Nogent sur Marne ou comme le projet d’éco-parc industriel à cote d’Auxonne.

S’agissant des commerçants, Montbard vient de se douter d’un grand centre commercial et voit des boutiques se créer, notamment soutenu par le Fonds d’Intervention pour les Services l’Artisanat et le Commerce (FISAC) mais il n’existe aucune boutique moyen et haut de gamme pour attirer et faire rester la clientèle et de nouveaux habitants, même non résidents permanents.

Tout ce que j’ai pu aborder dans ce livre est bien entendu applicable pour les jeunes, le sport… et surtout ce qui touche aux conseils et maisons des séniors. Je rencontre peu à peu les responsables de jumelages et il convient désormais d’utiliser ces opportunités comme des vecteurs de solutions européennes au delà de simple liens relationnels, à travers notamment les programmes européens pour les citoyens ou Grundtvig sur l’enseignement tout au long de la vie. Le tourisme agricole mais également le tourisme industriel doivent être développés dans une vraie stratégie et une prise de conscience des bienfaits pour la région et non une approche cloisonnée en cas de besoin. Des projets culturels d’ampleur et de qualité, de la même dimension que l’abbaye de Fontenay, patrimoine de l’UNESCO, doivent voir le jour pour attirer les regards sur cette ville et cette région. Il ne faut plus avoir peur d’organiser des événements de grande qualité alliant notamment patrimoine et culture comme le festival européen de musiques de film dès 2014 qui sera un vrai vecteur de synergie. Enfin, si Montbard est la ville de Buffon, elle est aussi celle de Junot, général d’empire, qui mériterait une attention qui lui sera donnée également dès 2014.

Le sempiternel besoin de chambres est un sujet récurrent et de nombreux projets disparaissent, plus ou moins accompagnés. Je ne ménage à nouveau pas mes efforts pour désormais faire financer le projet d’hôtellerie 4 et 3*, expliqué plus avant, attendus à Montbard pour permettre aux visiteurs de rester mais également de venir. Certains veulent que je sauve un château quand je cherche à réaliser un projet de territoire et d’autres font tout pour l’empêcher… Ses liens avec le TGV et des horaires adaptés seront un facteur clé de sa réussite comme celle du territoire tout entier pour cet havre de paix haut de gamme à seulement trois minutes en voiture, et quinze minutes en calèche ou en bateau depuis la gare de Montbard. A une heure de Paris, un hôtel avec triple solution de restauration, salles de séminaires, spa et expositions haut de gamme sera une nouvelle force motrice pour faire découvrir les richesses culturelles, industrielles et viticoles de la région mieux mises à jour pendant les journées du patrimoine. Il s’agira également de leur proposer ensuite des étapes dans le Châtillonnais, le dijonnais, le Beaunois, le Morvan en relation avec d’autres établissements avec les services de transport adaptés. Des actions de promotion des commerces et services locaux seront organisés. Il s’agira aussi de retenir une certaine catégorie de touristes visitant les sites de l’UNESCO ou désirant faire une halte à travers la France ou vers d’autres destinations et fin d’assurer en semaine un certain nombre de séminaires. Tous ces clients prendront l’habitude de cette halte si l’osmose avec le TGV, l’autoroute proche et le canal, est affirmée.

 

 

 

IMG-20130220-01579

Lire la suite

classement 2013 des régions les plus compétitives

4 Juillet 2013 , Rédigé par francoischarles Publié dans #territoires de Cote d'or

 

la Bourgogne 22e région ... pas étonnant vu l'atmosphère ambiante notamment alimentée par l'Etat

 

http://www.challenges.fr/galeries-photos/classement/20130220.CHA6429/le-classement-2013-des-regions-les-plus-performantes-de-france.html

Lire la suite
1 2 > >>