Mercredi 17 septembre 2014 3 17 /09 /Sep /2014 07:46

les Conseils Généraux sont maintenus. tant mieux pour toux ceux qui voulaient sauver un poste. par contre je ne me présenterai ni ne voterai certainement car l'élimination de cette strate exécutive du mille feuille, sans supprimer la gestion locale au sein de la région, est plus urgente à éliminer que le rassemblement inopportun des régions qui ... finalement nécessite un exécutif local... bon allez, je pars en Allemagne c'est plus simple et ... efficace !

Par francoischarles - Publié dans : territoires de Cote d'or
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 13 septembre 2014 6 13 /09 /Sep /2014 20:46

J’ai bientôt 40 ans

J’ai bien toutes mes dents

Ce qui me manque pourtant

C’est d'avoir un enfant

 

 

IMG-20140911-03220.jpg

 

Pour la quatrième fois

Je t’ai confié mes larmes

Et je sais bien qu’en fait

Tu sais les provoquer

 

Cet enfant je le veux

Cet enfant je le sens

Pourtant il se dérobe

Et se dérobe encore

 

Je cherche le repère

Ou bien plutôt le père

En qui j’aurai confiance

Qui me donnera ma chance

 

Oh des hommes j’en trouve

Ou plutôt ils me trouvent

Je suis bien entourée

Mais suis-je accompagnée ?

 

Mais ils sont soit trop jeunes

et inintéressants

Ou ils sont bien trop vieux

et ne veulent pas d’enfants

 

Dois-je donc le faire seule ?

Ai-je donc un problème ?

Serait-ce donc ma tête

Qui commande mon corps ?

 

Est-ce ce monde macho

Dans lequel je travaille

Qui conditionne en moi

Cette belle projection ?

 

Au delà du travail

J’ai aussi fui Paris

Pensant enfin trouver

Un certain équilibre

 

Mais vois tu rien n’y fait

Puisqu’une fois de plus

Sans même travailler

Tu m’as revue pleurer

 

Dois-je être seule à lutter

Alors qu’un père existe ?

Que dois je donc trouver ?

Ne puis-je donc être heureuse ?

 

Partir à l’étranger

Prendre un autre travail

Mais aussi un mari

Dis moi que c’est possible

 

Toi qui sait m’écouter

Toi qui sait me comprendre

Toi qui a eu la chance

D’élever des enfants

 Mais a eu de la peine de ne les voir grandir

Dis moi que je dois croire

Ou si je dois m’enfuir ?

Pourquoi pas avec toi

Ne voulais-tu partir ?

 

Nous ferions du cheval

Nous serions libérés

Est-ce bon pour un bébé ?

Un bébé ? quel bébé ?

Ah, j’avais oublié

Certaines réalités

 

Oui c’est sans doute cela

Le faire sans y penser

Le faire sans m’inquiéter

Le faire avec confiance

En toute sérénité

Le faire en me disant

Que oui je serai forte

Le faire car j’aimerais

Devenir enfin femme

Le faire car j’aimerais

Tellement te le montrer

 

 

 

 

Par francoischarles - Publié dans : poésie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 8 août 2014 5 08 /08 /Août /2014 17:43

extrait de mon prochain article "l'Ukraine ou le recommencement de l'histoire"

 

 "n'oublions pas qu'Hitler était considéré comme un génie pour avoir redonné une identité, du travail et du pain et réuni des peuples disséminés et a été élu ...jusqu'à ce qu'il envahisse la Pologne. S'il lâche ses troupes sur l'Est de l'Ukraine, ce pourrait être dommage pour cet homme intelligent qu'est Poutine, la "fourmi-hibou" qui rechange d'avis quand il rentre dans sa fourmilière qui peut utiliser la force de façon imprévue mais qui peut apporter un équilibre constructif . Mais n'a-t-il peut être pas encore fait le deuil de la "petite Russie" ni de l'Allemagne de l'Est ?

 

FC

 

(et pour les attardés de Montbard : non ce n'est pas du copier coller et il faut aussi avoir le courage d'écrire cela)

Par francoischarles - Publié dans : international
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 7 août 2014 4 07 /08 /Août /2014 09:36

M. Mahmoud Abbas a présenté aux Nations unies, ce vendredi 23 septembre 2011, une demande de reconnaissance de statut de membre pour un Etat de Palestine au sein de l'Assemblée générale.  Les deux points forts revendiqués et non moindres sont Jérusalem comme capitale ainsi que le retour aux frontières avant la guerre des six jours de 1967.

L’objectif spécifique et positif est affiché. Mais est-il accessible, réaliste et réalisable ? pris avec quelles réalités ? avec quelles options annexes ? et pour quelles actions déterminées ?

 

 

Par François CHARLES   Président de l'IRCE (nouvelle parution de cet article de 2011)

 

 

Tant qu’une négociation raisonnée et objective au-delà des affaires de personnes ne sera pas en marche, comme à Camp David, rien n’avancera. Et comme souvent un facilitateur est requis.

S’agissant des réalités, il convient de se rappeler que la Société des Nations avait donné d’autorité en 1920 aux Britanniques mandat en Palestine pour y favoriser l’immigration juive et la mise en place d’un « foyer national juif » suivant le projet sioniste de création d’un Etat ; que les Palestiniens se soulevèrent pour protester contre l’immigration régulière et massive jusqu’à obtenir un quasi gel en 1939 mais avec une haine installée de part en d’autre ; que la résolution 181 de novembre 1947 votée par l’ONU prévoyait déjà la création de deux États avec union économique, monétaire et douanière (un État juif formé de trois parties, la plaine côtière, le long de la frontière syrienne et le désert du Neguev et un État arabe formé de quatre parties : une zone autour de la ville de Gaza, les montagnes de Judée et de Samarie, la majeure partie de la Galilée au Nord, ainsi que la ville de Jaffa) ainsi qu’une zone sous régime international particulier comprenant les Lieux saints, Jérusalem et Bethléem ; que l’Etat juif s’est créé ensuite d’autorité mais que les arabes s’y opposèrent immédiatement avec la guerre de 1948 ; qu’ils perdirent de plus en plus de terrain au fil des guerres ; que les colons juifs s’infiltrent toujours partout pour occuper le terrain et le sous-sol; que la tension est permanente.

 

Faut-il choisir l’option israélienne de négocier puis d’aboutir à des actes, en imposant une fois de plus sa puissance reconnue et sans négociation gagnante-gagnante et en continuant l’immigration par perfusion en Cisjordanie pendant les pourparlers ? Ou ne faut-il pas choisir le vote d’un acte qui a profité à Israël en 1947 pour mieux s’installer mais qui serait mis cette fois-ci au profit de la Palestine ? Faut-il choisir l’option de mettre la Palestine dans un purgatoire à vie pour s’être opposé au plan de 1947 et pour son identité peu fiable ou alors ne pourrait-on pas discuter en adulte et non en parent normatif entre les deux enfants rebelle et libre de la zone capables de se comprendre comme le font tous les jours les populations entre-elles ?

  

Quant au coté réaliste et réalisable  on peut se rendre à l’évidence qu’il ne peut s’agir que d’une base haute de négociation raisonnable pour tenter d’obtenir au moins le gel définitif de la colonisation, voire quelques retraits et de pouvoir disposer d’une ville commune et d’un statut officiel même restreint, d’observateur, permettant un meilleur partage de prise de conscience de la communauté internationale.

Enfin, au-delà de cette recherche d’identité, c’est bien un objectif de paix qui est demandé, comme initialement en Europe. Et il serait peut être judicieux que la solution puisse être mise en œuvre à travers la démarche Euro-méditerrannée, seule table opérationnelle où les deux parties se parlent depuis de nombreuses années.

Par francoischarles - Publié dans : international
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 3 août 2014 7 03 /08 /Août /2014 17:48

Depuis quelques années

Chaque fois qu’une belle

S’insérait dans ma vie

S’insérait dans mes nuits

L’Esprit était présent

 

Il se manifestait

Le jour ou bien la nuit

Il tapait ses trois coups

Toc Toc Toc d’un ton sec

Comme une pièce de théâtre

Que l’on recommençait

Ou bien comme un réveil

Qui sans cesse rappelait

Qu’un enjeu était là

 

Je pensais au début

Que c’était dans ma tête

Mais j’ai vite compris

Certaines réalités

Quand il se mit ensuite

A se faire écouter

Par les autres personnes

Alors bien intriguées

Au milieu de la nuit

D’un ton bien appuyé

 

Que voulait-il me dire ?

Arrêter de courir ?

Arrêter de séduire ?

Ou bien de faire souffrir ?

Arrêter de choisir ?

Arrêter de paraître ?

Sans forcément mentir ?

 

Que voulait-il me dire ?

Que je devais partir ?

Partir ou même fuir ?

Fuir parfois le bien-être

Qui n’était pas permis ?

Que je devais souffrir ?

Que je devais errer ?

Comme un humble pèlerin ?

 

Que voulait-il me dire ?

Qu’il me fallait encore

Une tâche accomplir ?

Que je devais encore

Comme le bon Saint François

Œuvrer à faire le bien ?

A donner mon manteau ?

A donner sans relâche ?

Energie et travail ?

A vivre d’autres choses ?

Et découvrir encore ?

 

Ou bien me disait-il

Que je devais chercher ?

Et puis chercher encore ?

Chercher celle qui saura

Changer mon âme en or ?

Chercher celle qui pourra

Me redonner la foi ?

La foi de réussir

La foi de ressurgir

Mes trésors engloutis ?

 

Ou bien me disait-il

Qu’une âme était en peine

Et qu’il fallait aussi

Lui redonner espoir

Lui redonner courage

Lui redonner la rage

La rage de réussir ?

 

Et tu es apparue

Avec ton histoire

Et tes réalités

Et même si pour l’instant

Ils nous ont séparé

Retenons bien une chose

 

L’esprit n’a pas frappé

Par francoischarles - Publié dans : poésie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Texte Libre

Présentation

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés